Fenêtres sur le passé

1895

L'histoire d'un trésor à Lanrivoaré

Les malheurs d'une somnambule

 

Source : La Dépêche de Brest 13 juillet 1895

 

Le 7 juin dernier, une somnambule, déjà impliquée dans une affaire analogue, la femme Pansard,

demeurant rue Navarin, n° 1, se rendait en voiture, en compagnie d'une voisine, la femme Grall,

chez un cousin de cette dernière. Michel Kervran, cultivateur au village du Roudouzic, en Lanrivoaré,

auquel elle persuadait qu'un trésor était enfoui sous son lit.

 

Lire l’affaire :

 

Écoutons, d'ailleurs, ce que dit Kervran, un bon grand paysan à l'air crédule :

 

« Quand la femme Pansard est venue chez moi pour la première fois avec ma cousine,

elle m'a dit que je pourrais être riche, car un trésor était caché sous mon lit.

Comme je venais de faire construire ma maison, je lui ai répondu que je ne pouvais pourtant pas la démolir ;

mais elle ajouta qu'elle se chargerait bien de faire sortir le trésor sans cela.

Il suffisait, pour mener l'affaire à bonne fin, que je lui remette une certaine somme

et une motte de terre de mon jardin.

Je lui ai aussitôt remis 120 francs, qu'elle a mis dans sa poche,

après m'avoir fait faire le signe de la croix avec mon argent. »

Le président. — Vous faisiez le signe de la croix sur vos 120 francs.

 

Six jours après, la somnambule, qui sent l'affaire bonne, revient chez le cultivateur.

Le trésor n'est plus de 2,000 francs, mais de 5,000.

Kervran, alléché, donne encore 180 fr.

 

Quelques jours après, ce n'est plus 5,000, mais 10,000 francs que recèle

le sous-sol de la maison, et Kervran va emprunter 100 francs à un de ses cousins, habitant St-Marc, et les remet à l'inculpée.

 

Enfin, ne voyant rien venir, il alla consulter son, curé, qui lui dit qu'il avait été volé.

 

La cousine de Kervran, la femme Grall, arrêtée avec la femme Pansard, a bénéficié d'une ordonnance de non-lieu.

 

La femme Pansard nie s'être occupée de la recherche du fameux trésor et n'avoir reçu que 45 fr.

pour des consultations ordinaires.

 

Après un sévère réquisitoire de M. Chardon, substitut du procureur de la République,

la somnambule extra-lucide est condamnée à quatre mois de prison.

 

Avait-elle vu cette condamnation dans ses cartes ?

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021