Soldats et Marins de Plouguin Morts pour la France

Noms de F - Fagon à Fourn

Fagon François Marie

Né le 15 Juin 1882 à Tréouergat

Enez Rouz

Classe 1902 Matricule 1258

Cultivateur

Résidant à Plouguin

Services Auxiliaires

Bégaiement

Classé Service Armé le 5 Novembre 1914

Incorporé le 7 Décembre 1914

19e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

Parti en renfort le 26 Mai 1915

Évacué pour maladie  le 8 Décembre 1915

Rentré au dépôt le 14 Février 1916

Blessé le 7 Octobre 1917

au Chemin des Dames secteur de Bovettes (Aisne)

Plaie au crane par éclat d'obus

Admis à la réforme n°1

le 3 Février 1919

Démobilisé le 3 Février 1919

pour diminution acuité visuelle des 2 yeux

suite à fracture du crane et trépanation

avec perte de matière osseuse complète

de la région fronton temporo-pariétal droite

se retire à Plouguin

Citation à l'Ordre du Régiment

Médaille Militaire

Croix de Guerre avec Palme

Décédé le 13 Mai 1919

à l'Hôpital de Quimper

Monument aux Morts de Plouguin

 

Floch Joseph Marie

Né le 15 Septembre 1896 à Plouguin

Tréfléac'h

Classe 1916 Matricule 2426

Incorporé le 9 Avril 1915

137e Régiment d'Infanterie 

93e Régiment d'Infanterie 

le 30 Mars 1916

118ème Régiment d'Infanterie 

le 30 Avril 1917

293e Régiment d'Infanterie 

le25 Juillet 1917

338e Régiment d'Infanterie

​le 20 Novembre 1917

Tué à l'ennemi le 6 Août 1918

à Mont-notre-Dame Fère-en-Tardenois (Aisne)

Mort pour la France

Monument aux Morts de Plouguin

Historique du 338e Régiment d'Infanterie

 

FÈRE-EN-TARDENOIS

 

Le 27 juillet, les mouvements des bataillons du 338e sur Fère-en-Tardenois se font lentement à travers bois sur des pistes détrempées.

L'attaque de la ville est menée par le 4e bataillon et le 6e bataillon.

 

Au point du jour, au moment où les premiers éléments atteignent l'Ourcq, les mitrailleuses ennemies ouvrent un feu nourri.

Le 6e bataillon réussit cependant à atteindre les lisières.

 

A dix heures, l'attaque appuyée par l'artillerie redouble de vigueur.

Les 13e et 14e compagnies passent l'Ourcq, se précipitent sur l'ennemi et font immédiatement 30 prisonniers.

Le sergent DESROCHES de la 15e compagnie fait à lui seul 2 officiers et 26 hommes prisonniers.

La progression lente, mais tenace, continue jusqu'à la nuit.

Reprise le lendemain, elle se traduit par un brillant succès. 90 prisonniers, 3 officiers, 12 mitrailleuses, un canon et un important matériel sont capturés.

Le 338e venait de mériter une citation à l'ordre de l'armée.

 

LA VESLE

 

Le 5 août, la poursuite énergique de l'ennemi en déroute est déjà commencée, au petit jour,

le 338e se porte en première ligne devant la Vesle, près de Bazoches.

La Vesle est franchie malgré les feux violents des mitrailleuses ennemies ; mais la marche en avant est fortement gênée jusqu'à la nuit

par ces mitrailleuses et le bombardement, le régiment garde sa tête de pont pendant toute la nuit.

 

Le 6 Août, après une demi-heure de préparation par notre artillerie, la marche en avant est reprise.

Les vagues d'assaut enlèvent d'un premier bond le petit bois et la Gravière, d'un deuxième bond elles atteignent le talus de la voie ferrée.

 

La 23e compagnie dépasse même la voie ferrée et va occuper les baraquements à l'ouest de Bazoches cherchant

à établir la liaison avec les Américains.

33 prisonniers dont 1 officier ont été capturés.

 

Relevé par le 279e , le 338e est félicité par le général commandant la D. I. pour le cran et l'énergie dont il a fait preuve

 

Floch Pierre François Marie

Né le 2 Décembre 1892 à Plouguin

Pont ar Traon

Classe 1912 Matricule 2008

Incorporé le 9 Octobre 1913

54e Régiment d'Infanterie

Soldat 2ème classe

 

254e Régiment d'Infanterie

le 22 Octobre 1914

Blessé le 6 Septembre 1914 à Beauzée*

Cuisse traversée par balle

*Erreur de date sur registre matricule

Disparu le 23 Mai 1916

à Cumières le Mort-Homme (Meuse)

Tué à l'ennemi

Mort pour la France

Monument aux Morts de Plouguin

Médaille Militaire

"Brave soldat mort pour la France glorieusement à Cumières le 23 Mai 1916"*

*Erreur de date sur registre matricule

Historique du 254e régiment d'infanterie

 

Les 21 et 22 mai, l'artillerie ennemie effectue un bombardement des positions par

obus de gros calibre (150, 210, 305).

 

La journée du 23 mai 1916, c'est l'hécatombe finale du 254e RI.

 

A partir de 7 h. 30, bombardement intense de toutes les tranchées de 1ère ligne et du village de Cumières :

les tranchées sont entièrement bouleversées, les caves du village s'effondrent les unes après les autres, ensevelissant

la plus- grande partie des occupants.

 

A 11 h. 30, le chef du 5e bataillon, commandant Roullet, grièvement blessé, passe le commandement au capitaine Lisbonne,

commandant la 18° compagnie.

 

A partir de 14 heures, le tir de l'artillerie ennemie s'allonge jusqu'à la lisière Sud du village, couvrant la marche de 2 compagnies d'infanterie qui parviennent ainsi à gagner cette lisière.

A leur suite, les vagues d'assaut allemandes franchissent les tranchées que tenait la 17e compagnie dont le commandant réussit

à se dégager et à ramener quelques hommes, malgré les tirs de barrage ennemis.

 

Dans la nuit, les héroïques survivants du 254 RI après avoir été relevés par le 267e RI se rassemblent au bois Bouchet et Ippécourt,

d'où, le lendemain 25 mai, ils sont ramenés vers l'arrière à Saint-André.

 

Les pertes sont pour le seul 5e bataillon, qui a eu à supporter le choc formidable de l'attaque allemande :

Officiers — Tués : 3; blessés : 2 ; disparus : 4

Troupe — Tués ou blessés. : 275 ; disparus : 100.

 

-0-0-0-0-0-0-0-0-0-0-

Cumières

 

C'est à Cumières que le 254e R. I. est mort en beauté, le 23 mai 1916.

C'est à Cumières qu'il a été enseveli dans sa Gloire.

Ce nom restera comme le cri de ralliement auquel se reconnaîtront tous les héros du 254e RI qui ont combattu

sous les plis de son glorieux drapeau.

 

Le 254e RI a été supprimé à la date du 11 juin 1916, ses unités n'étant plus que des ombres tragiques, drapées de pourpre,

.

Le 5ème bataillon et la 1re compagnie de mitrailleuses sont passés au 267e RI.

Le 6ème bataillon et la 2ème compagnie de mitrailleuses sont passés au 287e RI.

Les divers éléments de la CHR ont été répartis entre ces deux régiments.

 

Le drapeau a été porté au dépôt de repliement du régiment à Laval, oublié, mais fier du devoir accompli.

 

L'heure des réparations cependant viendra.

En 1919, le colonel Claudon, commandant la 138° brigade d'infanterie, soucieux de réparer l'oubli d'une citation à l'ordre officiel

pour la sublime hécatombe de Cumières, adressera spontanément de Mayence au commandant du dépôt du 54e et 254e à Compiègne,

le témoignage aussi précieux qu'éclatant ci-après :

 

« Pendant les mois d'avril et mai 1916, sous Verdun, le 254e RI a été constamment à la peine, soit qu'il fut en première ligne,

soit en arrière, travaillant de nuit sous les obus à rétablir les boyaux de communication.

A Cumières, le 23 mai, sous un bombardement continu d'une extrême violence, le 254e RI a eu une tenue absolument remarquable.

Son 5e bataillon notamment a été littéralement écrasé à son poste, faisant payer cher à l'ennemi ses succès.

J'ai encore la vision très nette de l'effroyable bombardement auquel a été soumis ce corps d'élite et la violence des attaques allemandes : c'était devenu un véritable enfer.

Tous les témoignages que j'ai pu recueillir ont toujours et tous accordé une conduite magnifique aux officiers et soldats qui ont combattu jusqu'à l'extrême limite des forces humaines ».

 

Floch Yves Marie

Né le 14 Septembre 1897 à Plouguin

Stréjou

Classe 1917 Matricule 2310

Incorporé le 8 Janvier 1916

47e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

 

59e Régiment d'Infanterie

le 24 Mars 1917

Tué à l'ennemi le 24 Novembre 1917

secteur des Chambrettes (Meuse)

Mort pour la France

Monument aux morts de Plouguin

Inhumé au cimetière militaire Marceau à Verdun

N°191 Fosse collective 220

Historique du 59ème Régiment d’Infanterie

 

« Ca barde à Verdun ! » murmurent les guetteurs.

En effet, malgré l’hiver, échappant à l’état général, le secteur des Chambrettes est en pleine action.

 

Les allemands n’ont pas renoncé à fixer la citadelle !

Rageurs et « prusiennement » têtus, ils redoublent leurs coups au Nord de Verdun, espérant lasser notre effort ou surprendre notre vigilance.

 

Divisions sur divisions, les troupes se succèdent dans les secteurs du bois le Chaume et des Caurrières,

résistant jusqu’à l’extrême limite des forces…

 

Très vite, le « tuyau » est monté jusqu’en première ligne, le 59e est relevé, et doit aller « là-bas ».

 

Il faut s’attendre à quitter le secteur d’un jour à l’autre.

 

Quarante-huit heures plus tard, silencieux, des coloniaux « montent » vers Rouvrois que, maintenant rien ne trouble.

 

Ils « en viennent …»

 

Questionnés, anxieusement, avidement sur cette terre de fer et de feu qu’est Verdun,

ils n’ont que des gestes las, quelques mots, brutaux comme des 105.

« Froid, pieds gelés, gaz en masse, artillerie infernale, relève atroce. 

Pas de tranchées, trous d’obus pleins d’eau, la mort lente !... »

 

Fourn Jean François Marie

Né le 31 Mai 1895 à Plouguin

Kervéguen

Classe 1917 Matricule 2310

Incorporé au 64e Régiment d'Infanterie

le 16 Décembre 1914

Soldat de 2ème classe

 

411e Régiment d'Infanterie

le 21 Mars 1915

Tombé malade. Maladie contractée au service

Etat très grave, péritonite aiguë

Décèdé le 3 Novembre 1915

à l’hôpital temporaire d'Alembert de Montevrain

(Seine et Marne)

Mort pour la France.

Monument aux morts de Plouguin

Inhumé au Carré militaire de Montévrain,

tombe 26​​​

Fourn Joseph Marie

Né le 25 Juillet 1887 à Plouguin

Kervéguen

Résidant à Saint Pabu

Classe 1907 Matricule 11607 - 2438

Inscrit Maritime

 

Quartier Maître de Manœuvre

2e Dépôt des Équipages de la Flotte - Brest

Mort le 9 Septembre 1918

Hôpital Maritime de Brest

Suite de Grippe infectieuse

contractée au 2ème Dépot de Brest.

Mort pour la France.

Monument aux morts de Saint Pabu.

Carré militaire de Brest Kerfautras

Carré 39 - Rang 8 - N°26

 
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Juillet 2020