Combattants Finistériens n'ayant pas la mention "Mort pour la France"

Noms - M - de Masse à Menez

 

Masse Eugène Alexandre

Né le 4 Octobre 1872 à Concarneau

Classe 1892 Matricule 2868

N'a pas été mobilisé

Décès le 12 Août 1914

Hôpital Mixte de Lorient (Morbihan)

Troubles mentaux

 

Masson Joseph Marie

Né le 8 Février 1877 à Plouvien

Classe 1897 Matricule 1366

Inscrit Maritime

 

Matelot Clairon le 1 Juillet 1899

 

Rappelé à l'activité le 2 Août 1914

Soldat
19e Régiment d'Infanterie

87e Régiment d'Infanterie Territoriale

Réformé n°2 le 20 Avril 1915

Bronchite chronique

Maintenu Réformé le 17 Septembre 1915

Décès le 19 Août 1917

Plouvien

Maladie aggravée en service

 

Mat Pierre Joseph Marie Yves*

* Le Mat sur MdH

Né le 6 Février 1881 à Trégunc

Classe 1901 Matricule 1825

Inscrit Maritime

 

Mobilisé le 12 Août 1914

Soldat

48e Régiment d'Infanterie

 

Blessé à Beauséjour  le 13 Juin 1915

Plaie du cuir chevelu par éclat d'obus

 

166e Régiment d'Infanterie

le 21 Juillet 1916


173e Régiment d'Infanterie

le 18 Mars 1917

Sursis provisoire aux Mines de Marles

du 21 Juillet 1917 au 9 Mars 1918

Décès le 9 Mars 1918

Hôpital Complémentaire n°81

Saint Pol sur Ternoise (Pas de Calais)

Maladie en étant en sursis

aux Mines de Marles

 

Mat Simon Alain

Né le 24 Juin 1880 à Esquibien

Classe 1900 Matricule 1220

Inscrit Maritime

 

Tonkin en guerre du 28 au 31 Décembre 1902

 

Mobilisé le 3 Août 1914

Soldat 2ème classe

86e Régiment d'd'Infanterie Territoriale

 

88e Régiment d'Infanterie

le 7 Octobre 1914

Parti aux Armées le 10 Novembre 1914

 

Détaché à la Maison Bruneteau à Nantes

le 6 Décembre 1915


65e Régiment d'Infanterie

le 1 Juillet 1917

Décès le 22 Janvier 1918

Hôpital Militaire Broussais

Nantes (Loire Atlantique)

Maladie

 

Mauguen Pierre Marie

Né le 14 Avril 1887 à Ploëven

Classe 1907 Matricule 854

Service Armé le 28 Octobre 1914

 

Mobilisé le 21 Novembre 1914

Soldat
118e Régiment d'Infanterie

Décès le 18 Mars 1916

Hôpital n°6 Saint Gaudens (Haute Garonne)

Néoplasme du testicule

 

Mauguen Yves

Né le 25 Août 1883 à Saint Nic

Classe 1903 Matricule 3123

Matelot des Direction du Port
Direction des Mouvement du Port de Brest

Décès le 26 Décembre 1917

Brest à son domicile

Tuberculose pulmonaire

 

Maurice Pierre Yves

Né le 21 Décembre 1875 à Bannalec

Classe 1895 Matricule 1949

Non Disponible des Chemins de Fer d'Orléans

Homme d'équipe à Quimperlé 1899

 

Réformé n°2 le 23 Août 1916

Fracture du 2e et 3e métacarpe

avec lésion des tendons et tenseurs

Service Auxiliaire le 8 Février 1915
 

Mobilisé le 7 Décembre 1915

Soldat 2ème classe

20e Section des Secrétaires d'Etat-Major

Réformé temporairement n°1 le 8 Août 1916

Bronchite suspecte sommet gauche

 

Décès le 13 Février 1917

Arcachon (Gironde)

Bronchite

 

Mazé Adolphe Gustave Georges

Né le 25 Août 1885 à Brest

Classe 1905 Matricule 2597

Engagé Volontaire pour 4 ans le 5 Septembre 1903

2e Régiment de Chasseurs

Chasseur de 2ème classe

 

Brigadier le 16 Octobre 1904

 

11e  Escadron du Train des Équipages

le 2 Janvier 1906

Cavalier de 2ème classe à sa demande

Brigadier le 1 Avril 1906

Maréchal des Logis le 23 Septembre 1906

Maréchal des Logis Fourrier le 12 Juillet 1907

Maréchal des Logis le 4 Janvier 1909

Sous-Officier élève Officier

Ecole Militaire d'Artillerie du Génie

Division du Train

le 1 Octobre 1909

Sous-Lieutenant le 21 Septembre 1910

18e Escadron du Train des Équipages

 

Décès le 7 Septembre 1914

Nantes (Loire Atlantique)

Maladie aggravée en service

 

Mazéas François

Né le 23 Mars 1879 à Crozon

Classe 1899 Matricule 2192

Second Maître Commis
Cuirassé Gaulois

 

Décès le 28 Juin 1915

A bord du Cuirassé Gaulois

Delirium tremens

Pension à la veuve

 

Méar François Marie

Né le 3 Juillet 1869 à Cléder

Classe 1889 Matricule 8804

Premier Maître Fusilier
Retraité

 

Décès le 18 Février 1915

Brest dans ses foyers

Cachexie paludéenne 

et œdème des membres inférieurs

 

Méar Laurent

Né le 23 Septembre 1872 à Bodilis

Classe 1892 Matricule 3250

Exempté en 1892

Rachitique

 

Bon pour le Service le 23 Décembre 1914

Incorporé le 19 Mars 1915

Soldat

87e Régiment d'Infanterie Territoriale


96e Régiment d'Infanterie Territoriale

le 9 Janvier 1917

Proposé pour une pension de retraite 5e classe

le 7 Septembre 1918

Néoplasme de l'estomac

 

Décès le 14 Janvier 1919

Hôpital n°50 à Quimper

Néoplasme gastrique

 

Mel François

Né le 3 Juillet 1898 à Saint Jean du Doigt

Classe 1918 Matricule 407

Incorporé le 1 Mai 1917

Soldat 2ème classe

118e Régiment d'Infanterie

 

9e Bataillon du 151e Régiment d'Infanterie

le 21 Décembre 1917

 

154e Régiment d'Infanterie

le 2 Juin 1918

Blessé le 14 Juin 1918 près de Noyon

Plaie Thorax côté droit par éclat d'obus


155e Régiment d'Infanterie

le 24 Septembre 1918

 

Décès le 13 Juillet 1919

Hôpital  Saint Nicolas

Complémentaire n°55 à Verdun

Contusions abdominales
Fracture du bassin

Citation à l'Ordre du Régiment n°32 du 20 Juin 1918

Jeune soldat prenant part à une attaque pour la 1ère fois, a donné toute satisfaction à ses chefs pendant l'attaque du 11 Juin 1918.

Croix de Guerre avec Etoile de Bronze

Source : Historique du 154e Régiment d'Infanterie

CONTRE-OFFENSIVE DU 11 JUIN 1918
Bataille de Belloy


Cependant l'ennemi vient d'entamer le 9 juin 1918 une nouvelle offensive visant Compiègne et la route de Paris.

Malgré une résistance acharnée, il a gagné du terrain par endroit, il nous proclame épuisés et hors d'état de contrarier ses desseins, c'est une heure d'inquiétude qui sonne encore.
Enlevé en hâte par camions-autos au cours de l'après-midi du
10 juin 1918, le 154e arrive de nuit dans la zone de bataille.

Le 11  juin 1918, à 2 heures, le colonel reçoit l'ordre d'attaque, et à 3 heures le régiment part.

Il n'y a pas une minute à perdre, l'heure H est fixée à 11 heures et quelques unités ont une assez longue étape à fournir pour se rendre aux emplacements de départ, les ordres de détail seront donnés enroute.
Par Montiers et la voie ferrée de Wacquemoulin à Ménévillers, en plein jour, servies heureusement par un léger brouillard, nos colonnes gagnent au sud de Méry le vallon qui descend à 500 mètres à l'ouest de la ferme de Bauchemont.

C'est de là que, dans quelques minutes, on va s'élancer sans préparation d'artillerie mais avec l'appui de chars d'assaut imposants croisés en route et qui doivent suivre.

En tête, à droite le 2e bataillon, à gauche en échelon le 3e, le 1er bataillon en réserve.
Dès le début, un barrage assez sérieux s'abat sur les vagues d'assaut, notamment vers la droite, tandis qu'à gauche des mitrailleuses tirant de la direction du nord prennent d'enfilade le 3e bataillon.
L'attaque se porte néanmoins résolument en avant, la crête de Bauchemont est enlevée et la ferme prise avec ses défenseurs.

Mais lorsque la tête veut déboucher du plateau, elle est accueillie par des feux nourris de mitrailleuses postées aux lisières du bois

du Val Laploye.

On stoppe un instant pour attendre l'arrivée des tanks, et vers 14 heures le mouvement est repris.
Les 2e et 3e bataillons s'engagent vigoureusement, abattant ou balayant devant eux les défenseurs qui lâchent pied, le 2e s'empare de la ferme du Bout du Bois, puis la progression continue avecl'appui des
chars.
Après avoir dépassé les bois Hubert et de Genlis, le 3e bataillon traverse avec ses compagnies detête, 9e et 10e, les lignes d'artillerie allemandes, prenant sept pièces lourdes dont les servants s'enfuient.

Il atteint ensuite les pentes nord du mamelon 117, repousse une contre-attaque venant de Lataule, et très en flèche après une avance de plus de 3 kilomètres, demeure soumis toute la soirée sur une position sans abri à un violent bombardement.
Pendant ce temps, le 2e bataillon a réussi à gagner la cote 117 où il s'organise.

« Ils ont été admirables et je tiens à vous faire part de l'admiration de nos hommes pour les vôtres »,
sont venus dire au chef de corps les commandants du 2e bataillon de chasseurs à pied et d'un bataillon du 26e qui tenaient les lignes de départ.

Les jeunes soldats de la classe 1918, engagés pourla première fois, avaient été merveilleux de bravoure et d'entrain et s'étaient montrés dignes de leurs aînés. 

 

Mendrès Jacob

Né le 26 Août 1875 à Pleuven

Classe 1895 Matricule 2284

Ajourné en 1896

Faiblesse

 

Bon en 1897

 

Mobilisé le 20 Janvier 1915

28e Régiment d'Artillerie

Soldat


4e Régiment d'Artillerie Lourde

le 26 Avril 1915

111e Régiment d'Artillerie Lourde

le 1 Octobre 1915

En sursis du 29 Janvier 1916 au 20 Février 1916

Maréchal Ferrant à Saint Evarzec

3e Régiment d'Artillerie à Pied

le 10 Février 1916

Décès le 16 Avril 1918

Saint Evarzec

Affection pulmonaire

 

Ménez Alain Marie

Né le 21 Novembre 1894 à Brest

Classe 1914 Matricule 132

Exempté en 1914

Perte de la vision de l'oeil droit

 

Déclaré bon en 1916

 

Service Auxiliaire le 29 Août 1916

au Consulat de France à New York USA

Cataracte traumatique de l’œil droit

Incorporé le 20 Novembre 1916

Soldat 2ème classe
15e Escadron du Train des Équipages
 Militaires

10e Escadron du Train des Équipages Militaires

le 8 Mai 1917

20e Escadron du Train des Équipages Militaires

le 29 Novembre 1917

Décès le 14 Septembre 1918

en gare de Gioa del Colle (Italie)

Blessé mortellement au cours d'une rixe

avec un carabinier Italien

 

Ménez Eugène

Né le 10 Mai 1877 à Saint Pol de Léon

Classe 1897 Matricule 3096

Engagé Volontaire pour 5 ans le 2 Mars 1896

2e Compagnie d'Ouvriers d'Artillerie de Marine

Canonnier Ouvrier de 3ème classe

 

Détachement du Sénégal

Compagnie d'Ouvriers d'Artillerie de Marine

le 11 Février 1898

 

Canonnier Ouvrier 2ème classe le 1 Janvier 1899

 

2e Compagnie d'Ouvriers d'Artillerie de Marine

le 10 Décembre 1899

 

Canonnier Ouvrier de 1ère classe le 1 Juin 1900

 

 

Rengagé pour 5 ans le 28 Octobre 1901

2e Régiment d'Infanterie Coloniale

 

Bataillon de la Nouvelle Calédonie

le 29 Décembre 1901

 

Soldat de 1ère classe le 26 Août 1912

 

5e Compagnie d'Ouvriers d'Artillerie Coloniale

de la Nouvelle Calédonie

le 17 Octobre 1902

 

Canonnier Ouvrier de 3ème classe

le 17 Octobre 1902

Canonnier Ouvrier de 1ère classe

le 9 Janvier 1903
3e Régiment d'Artillerie à Pied

Déclaré Insoumis le 21 Octobre 1911

Arrêté par la Gendarmerie de Lyon

le 6 Décembre 1912

Condamné à 1 jour de prison avec sursis

le 2 Janvier 1913

Rappelé à l'activité le 5 Août 1914

Détaché sur la Manufacture d'Armes

de Saint Etienne (Loire)

Décès le 28 Juin 1916

Saint Etienne (Loire)

Suicide

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Janvier 2021