Combattants de Lampaul Ploudalmézeau

Noms L - de Ladan à Le Dreff

Ladan Joseph Marie​

Né le 15 Octobre 1876 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1896 Matricule 2755

Réformé n°2 le 7 Avril 1900

Tuberculose pleurale

Reconnu Bon Service Auxiliaire le 19 Décembre 1914

Rappelé à l'activité le 9 Novembre 1915

29e Régiment d'Artillerie

2e Régiment d'Infanterie Coloniale

le 29 Octobre 1916

Détaché à Plouguin

du 25 Octobre 1916 au 22 Novembre 1917

118e Régiment d'Infanterie

le 1 Janvier 1918

Démobilisé le 15 Février 1919

se retire à Plouguin

Campagne contre l'Allemagne

du 9 Novembre 1915 au 25 Février 1919

Médaille Commémorative

Laot Yves

Né le 14 Mai 1895 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1915 Matricule 566

Incorporé le 8 Septembre 1915

48e Régiment d'Infanterie

Aux Armées le 2 Janvier 1916

Tué à l'ennemi le 12 Juin 1918

à Hautebraye (Oise)

Mort pour la France

Monument aux Morts de Lampaul Ploudalmézeau

Un secours de 150 Frcs a été payé à la mère

le 21 Décembre 1918

Historique du 48e Régiment d'Infanterie

Au cours des cinq derniers jours de combat, nos reculs successifs, pied à pied,

nous mènent de l'Ailette sur les bords septentrionaux du plateau, puis au milieu de ce plateau,

dans nos anciennes positions stabilisées de 1914 à 1917.

 

Même en un point, les Allemands mordant sur nos positions, s'emparant

du village d'Hautebraye et de la croupe boisée au nord de ce village, atteignent le bord

méridional, ce qui leur donne un observatoire splendide dans l'intérieur de nos positions

et sur la vallée de l'Aisne.

 

Le 3 juin, au matin, le recul est arrêté, et, malgré les inconvénients graves résultant

de la perte d'Hautebraye, nous avons tous la sensation qu'on est sur une position défendable

et surtout qu'à droite et à gauche les troupes amies tiennent cette fois solidement.

 

D'autre part, nos artilleurs ont réoccupé leurs anciennes positions de batterie, les coffres pleins à côté des pièces,

l'heure de la revanche va sonner.

 

L'Allemand, pour continuer ses attaques, est forcé de se montrer sur le plateau de la ferme Saint-Victor, où nos mitrailleuses épient s

es moindres mouvements.

 

Quand il marche, nos mitrailleuses le fauchent ; quand il profite des trous d'un terrain élastique pour se terrer, nos 75 et nos 155

le prennent à partie.

 

Son offensive est brisée.

 

Puis nos contre-attaques partielles, précédant notre contre-offensive générale du 18 juillet, ne tardent pas à se déclencher.

 

Dès le 7 juin, le village d'Hautebraye est repris. La 7e compagnie du 48e a participé à l'opération;

elle a fait à elle seule 17 prisonniers, dont 3 officiers et 5 sous-officiers.

Laot François Marie​

Né le 12 Décembre 1887 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1907 Matricule 2493

Rappelé à l'activité le 3 Août 1914

19e Régiment d'Infanterie

Disparu le 17 Avril 1916

Prisonnier à Hameln-sur-Weser (Hanovre)

Rapatrié le 10 Janvier 1919

Démobilisé le 5 Avril 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 3 août 1914 au 4 Avril 1919

aux Armées

du 8 Août 1914 au 7 Septembre 1914

Intérieur

du 8 Septembre 1914 au 28 Septembre 1914

aux Armées

du 29 Septembre 1914 au 8 Novembre 1914

Intérieur malade

du 9 Novembre 1914 au 22 Février 1915

aux Armées

du 23 Février 1915 au 24 Septembre 1915

Intérieur blessé

du 25 Septembre 1915 au 31 Décembre 1915

aux Armées

du 1 Janvier 1916 au 16 Avril 1916

Captivité

du 17 Avril 1916 au 10 Janvier 1919

 

Intérieur

du 11 Janvier au 5 Avril 1919

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Hameln-sur-Weser (Hanovre)

Laot François Marie​

Né le 2 Mars 1890 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1910 Matricule 607

Rappelé à l'activité le 3 Août 1914

48e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

Parti aux Armées le 5 Août 1914

Blessé le 22 Août 1914 à Fosse

Eclat d'obus côté gauche

Bronchite et congestion par gaz asphyxiants

le 20 Octobre 1915 à Perthes

Classé Service Auxiliaire le le 22 Juin 1916

Classé Service Armé le 19 Octobre 1916

155e Régiment d'Infanterie

le 3 Janvier 1917

Changement d'Arme vers Artillerie DCA

Cicatrice adhérente rotule gauche

gêne flexion jambe et atrophie musculaire

43e Régiment d'Artillerie

le 21 Mai 1918

Démobilisé le 9 Août 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 3 Août 1914 au 8 Août 1919

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Laot Yves Marie​

Né le 20 Novembre 1887 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1907 Matricule 2484

Rappelé à l'activité le 3 Août 1914

35e Régiment d'Infanterie

2ème canonnier Servant

111e Régiment d'Artillerie Lourde

le 1 Mai 1917

28e Régiment d'Artillerie

le 23 Septembre 1917

35e Régiment d'Artillerie

le 1 Octobre 1917

175e Régiment d'Artillerie

le 1 Avril 1917

175e Régiment d'Artillerie

le 1 Avril 1918

229e Régiment d'Artillerie

le 18 Août 1918

133e Régiment d'Artillerie Lourde

le 19 Février 1919

Démobilisé le 12 Juillet 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 3 Août 1914 au 19 Septembre 1914

aux Armées

du 20 Septembre 1914 au 8 Juillet 1919

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Lazennec François Marie

Né le 5 Octobre 1897 à Tréglonou

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1917 Matricule 2336

Incorporé le 7 Janvier 1915

70e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

202e Régiment d'Infanterie

le 2 Mars 1917

Soldat de 1èe classe le 20 Décembre 1917

Caporal le 27 Mai 1918

Blessé le 27 Mai 1918 à Braye en Laonnois (Aisne)

Intoxication par gaz

Évacué

Retour au front le 6 Août 1918

 

Blessé le 16 Août 1918

devant Popincourt (Somme)

Plaie superficielle au cuir chevelu par éclat d'obus

Sergent le 1 Décembre 1918

2e Régiment de Tirailleurs Algériens

le 5 Mai 1919

Démobilisé le 30 Septembre 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 7 Janvier 1916 au 29 Septembre 1919

Intérieur

du 7 Janvier 1916 au 24 Octobre 1916

aux Armées

du 25 Octobre 1916 au 27 Mai 1918

Intérieur blessé

du 28 Mai 1918 au 5 Août 1918

aux Armées

du 6 Août 1918 au 16 Août 1918

Intérieur blessé

du 17 Août 1918 au 28 Septembre 1918

aux Armées

du 29 Septembre 1918 au 29 Septembre 1919

Croix de Guerre étoile de bronze

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Citation n°116 du 14 Août 1917

Excellent grenadier,

s'est spontanément offert comme volontaire

pour accompagner son officier

dans une reconnaissance périlleuse

à proximité des lignes Allemandes

qui a été exécutée dans la nuit du 7 au 8 Août 1917

sous le feu de l'ennemi

Lazennec Jean François

Né le 12 Octobre 1893 à Tréglonou

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1913 Matricule 409

Bon pour Service Armé en 1914

Incorporé le 16 Décembre 1914

47e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

120e Régiment d’Infanterie

le 16 Avril 1915

Blessé le 31 Août 1915 aux Eparges (Meuse)

Plaie bras gauche par fléchettes

12e Bataillon de Chasseurs à Pied

le 14 Décembre 1915

Blessé Cuisse droite par éclat d'obus

le 15 Septembre 1916

Évacué le 13 Janvier 1917

étant en Permission.

Code Maladie F.1.A*

*Troubles mentaux organiques,

y compris les troubles symptomatiques

Rentré au dépôt le 21 Mars 1917

8e Bataillon de Chasseurs à Pied

le 21 Septembre 1917

Démobilisé le 9 Août 1919

se retire à Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 16 Décembre 1914 au 8 Août 1919

Intérieur

du 16 Décembre 1914 au 16 Avril 1916

aux Armées

du 16 Avril 1915 au 13 Janvier 1917

Intérieur

du 14 Janvier 1917 au 8 Août 1919

Citation n°888 du 26 Décembre 1918

Excellent Chasseur plein de courage,

s'est particulièrement distingué

au cours des attaques du 1 au 3 Novembre 1918

Croix de Guerre étoile de bronze

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Lazennec Joseph Marie

Né le 4 Mars 1895 à Tréglonou

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1915 Matricule 567

Incorporé le 16 Décembre 1914

47e Régiment d'Infanterie

Soldat 2ème classe

120e Régiment d'Infanterie

le 16 Avril 1915

Aux Armées

Blessé le 21 Août 1915 aux Eparges

Plaie épaule gauche par éclat de bombe

Caporal le 25 Octobre 1915

Blessé le 4 Mai 1917 à Sapigneul (Marne)

Plaie en séton bras et avant bras gauche

par éclat obus

147e Régiment d'Infanterie

le 24 Décembre 1917

Blessé le 29 Mai 1918 à Cramoiselle (Aisne)

Coup de feu cuir chevelu

Évacué

Rentré au dépôt le 29 Juillet 1918

Sergent le 26 Mai 1918

Démobilisé le 18 Septembre 1919

se retire à Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 16 Décembre 1914 au 17 Septembre 1919

Intérieur

du 16 Décembre 1914 au 15 Avril 1915

aux Armées

du 16 Avril 1915 au 28 Mai 1918

Intérieur blessé du 29 Mai 1918 au 28 Juillet 1918

Intérieur du 29 Juillet 1917 au 18 Septembre 1919

Citation à l'Ordre du 147e RI n°298 du 3 Février 1918

Très bon gradé ayant toujours fait entièrement

son devoir, s'est distingué aux attaques des Eparges

le 21 Août 1915 et de Sapigneul le 4 Mai 1917

Blessé 2 fois

Citation à l'Ordre du Corps d'Armée n°89 - 11 Mai 1918

Excellent caporal très brave au feu, bel exemple

de bravoure et d'abnégation

Dans l'attaque du 29 Avril 1918, s'est élancé en tête

de ses hommes sur l'objectif qui lui était assigné

et à incendié un abri

Citation n°319 du 12 Juin 1918

Jeune Sergent très courageux a été blessé

le 29 Mai au moment où il dirigeait les mouvements

de sa section sous le feu de l'ennemi.

Médaille Militaire

Croix de Guerre Etoile de Vermeil

Chevalier de la Légion d'Honneur - JO 4 Janvier 1963

Lazennec Louis François Marie

Né le 8 Mai 1891 à Tréglonou

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1911 Matricule 3556 - 99-465

Engagé Volontaire pour 5 ans le 17 Juillet 1911

Équipages de la Flotte

Matelot de 2ème classe breveté Chauffeur

le 1 Janvier 1912

Le Borgne François

Né le 3 Mai 1884 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1904 Matricule 2120

Inscrit Maritime

 

Placé dans la réserve de l'Armée de terre

le 3 Mai 1914

Rappelé à l'activité le 3 Août 1914

19e Régiment d'Infanterie

151e Régiment d'Infanterie

le 18 Juin 1915

97e Régiment d'Infanterie

le 4 Octobre 1915

52e Régiment d'Infanterie

le 10 Octobre 1915

Passé au 58e Régiment d'Infanterie

le 14 Septembre 1917

5e Régiment du Génie

le 6 Novembre 1918

Démobilisé le 2 Février 1919

se retire à Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 12 Août 1914 au 2 Février 1919

Le Borgne Guillaume Marie

Né le 2 Janvier 1875 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1895 Matricule 1720

Services Auxiliaires

Taie centrale œil droit

Classé Service Armé le 9 Novembre 1914

87e Régiment d'Infanterie Territoriale

Soldat de 2ème classe

le 25 Janvier 1915

211e Régiment d'Infanterie Territoriale

le 1 Septembre 1915

64e Régiment d'Infanterie Territoriale

le 27 Juillet 1917

13e Régiment d'Infanterie Territoriale

le 2 Novembre 1917

Détaché agricole le 5 Mars 1918

Relevé de l'Agriculture par ordre

rentré au dépôt le 15 Juillet 1918

118e Régiment d'Infanterie

le 10 Novembre 1918

Le Dreff Jean François

Né le 6 Janvier 1897 à Gouesnou

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1917 Matricule 2338

Incorporé le 7 Janvier 1916

41e Régiment d'Infanterie

Soldat de 2ème classe

94e Régiment d'Infanterie

le 24 Octobre 1916

Décédé le 23 Mai 1917 Blessures de Guerre

​Hôpital temporaire n° 18*

Saint-Maurice Épinal (Vosges)

Inhumé à Épinal (Vosges)

Mort pour la France

Monument aux Morts de Lampaul Ploudalmézeau

* HC n° 18 Épinal 

Ancien Hôpital mixte Saint-Maurice,

rues d'Alsace et de l'Hôpital

(rue Jean Pellerin et Collège Jules Ferry actuels)

525 lits

Fonctionne du 6 août 1914 au 25 septembre 1919

 

Au 1er septembre 1916 l'hôpital

comptait 12570 hospitalisés et 314 décès.

Début 1918 il y avait 380 lits de Chirurgie

Le Dreff Jean François

Né le 16 Mars 1884 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1904 Matricule 2183

Rappelé à l'activité le 3 Août 1914

3e Régiment d'Artillerie à Pied

73e Régiment d'Artillerie Lourde

le 1 Août 1917

Démobilisé le 7 Mars 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

du 3 Août 1914 au 7 Mars 1919

aux Armées

du 28 Février 1916 au 31 Juillet 1917

Le Dreff Jean Marie

Né le 19 Février 1878 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1898 Matricule 1030

Rappelé à l'activité le 2 Août 1914

87e Régiment d'Infanterie Territoriale

151e Régiment d'Infanterie

le 14 Décembre 1914

162e Régiment d'Infanterie

le 22 Mai 1917

12e Escadron du Train

le 14 Août 1917

Hospitalisé le le 8 Septembre 1917

Hôpital Auxiliaire n°6 Chalon sur Saône

Sorti le 16 Octobre 1917

Hospitalisé le 28 Octobre 1917

Hôpital Auxiliaire n°4 à Quimper

CSR Quimper

Sorti le 11 Janvier 1918

Réformé n°1 avec gratification renouvelable

le 9 Août 1918

Raideur très serrée de l'épaule droite suite

de plaie pénétrante par éclat d'obus

Campagne contre l'Allemagne

du 2 Août 1914 au 9 Janvier1918

Le Dreff Yves

Né le 17 Octobre 1892 à Saint Pabu

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1912 Matricule 2046

Incorporé le 8 Octobre 1913

71e Régiment d'Infanterie

Blessé le 17 Juin 1916 au Mort Homme

Arrachement du petit doigt main droite

plaie jambe gauche par éclat d'obus

58e Régiment d'Infanterie

le 28 Août 1917

40 Régiment d'Infanterie

le 9 Novembre 1917

Démobilisé le 23 Septembre 1919

se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Campagne contre l'Allemagne

Intérieur

du 2 Août 1914 au 5 Août 1914

aux Armées

du 6 Août 1914 au 17 Juin 1916

Intérieur

du 18 Juin 1916 au 24 Août 1917

en Orient

du 25 Août 1917 au 13 Juillet 1919

Intérieur

du 14 Juillet 1919 au 22 Septembre 1919

Médaille de la Victoire

Médaille Commémorative

Historique du 58e Régiment d'Infanterie en Orient

LE 58e R.I. A L’ARMEE D’ORIENT

1917

EMBARQUEMENT POUR SALONIQUE

La 30e Division passe trois semaines environ à Toulouse et s’organise en vue de son départ pour l’armée d’Orient.

Le 3e bataillon s’embarque à Marseille le 16 janvier 1917 sur l’Amiral Olry.

Le 24 janvier, à 4h du matin, on est réveillé à bord par une violente secousse.

Tout le monde pense à un torpillage.

Il n’en est rien, l’Amiral Olry vient d’être heurté par un navire italien.

Deux marins de l’équipage sont blessés et le navire est quelque peu endommagé.

Le reste du régiment prend place à bord de l’Impératrice Catherine II, à Toulon, le 18 janvier.

 

ARRIVEE A SALONIQUE

Les deux transports arrivent et le 58e débarque à Salonique le 25 janvier.

Il traverse la ville dans des cloaques de boue et va s’installer sous la lente au camp de Zeitenlick (25 janvier au 7 février 1917)

 

SECTEUR D’OSIN (21 mars 1917 – 21 mai 1917)

 

Après un séjour d’un mois au bivouac de Topsin (7 février – 13 mars 1917), le 58e se porte au secteur d’Osin par des marches fort pénibles. Le régiment est réparti entre le monastère d’Arkhangel (1/58) le Plateau des 4 Arbres (11/58), le Plateau de Borislaw (111/58) et le Srka di Ded (E.M. et C.H.R.)

 

ATTAQUE DU SRKA DI LEGEN – REACTION DE L’ENNEMI (6 mai – 21 mai 1917)

Une attaque du Srka di Legen, préparée de longue date, a lieu, le 10 mai, après 4 jours de préparation d’artillerie.

Elle est faite par le 84e et le 284e R.I..

Le 58e protège leur aile gauche (3e bataillon) et tient les 2 autres bataillons en réserves de brigade.

Les bataillons d’assaut attaquent le 10 à 4h 30, culbutent les postes avancés et abordent les deuxièmes objectifs, mais ils sont arrêtés par les contre-attaques immédiates à la grenade et le tir des mitrailleuses bulgares.

Après des tirs très violents d’artillerie lourde et de mines de 50 kilos, les bulgares lancent à 17h 30 une puissante contre-attaque sur tout le front conquis et obligent les unités du 84e et du 284e à se reporter sur la Cuvette, et sur l’avancée de Srka qu’elles reçoivent l’ordre de tenir et d’organiser.

 

Le 12 mai le 11/58 relève le VI / 284, qui a été très éprouvé. Il occupe l’avancée du Srka, complètement dominée par l’ennemi et dont le sol est tellement dur qu’il est difficile d’y creuser des tranchées autrement qu’à la mine.

Il y subit jusqu’au 21 mai de très violents bombardements et, presque chaque nuit, les attaques de détachements ennemis qu’il repousse chaque fois, en couchant de nombreux bulgares devant les fils de fer.

 

Les bataillons quittent le secteur d’Oisin le 20 et 21 mai, ils s’embarquent à la gare Karassouli et séjournent au bivouac aux environs d’Ekaterini, au pied de l’ Olympe, du 26 mai au 6 juin.

 

EXPEDITION D’ATHENES

 

Le 8 juin, le 58e est rassemblé avec les autres éléments de la 30e D.I. ; (sauf le 61e) il fait partie du groupement du général REGNAULT, qui doit se rendre à Athènes, pour en chasser le Roi CONSTANTIN, qui trahit tous ses engagements envers la France.

La D.I. s’embarque le 8 juin ; le convoi lève l’ancre le 9 et mouille en rade de Salamine le 11 juin dans la nuit.

Les bataillons débarquent au Pirée le 12 sans aucun incidents ni aucune résistance.

Tandis que le 11e bataillon garde la ville, les 2 autres bataillons vont prendre les avant-postes au N.E. du Pirée.

OCCUPATION D’ATHENES

 

Le 25 juin à 4h 30 du matin, le régiment se met en marche sur Athènes et chaque bataillon va occuper, dans le calme le plus parfait,

les emplacements prescrits et reconnus, la veille, par les officiers supérieurs et les commandants de compagnie.

Le 1er bataillon à l’Acropole, le 2e au stade, le 3e au Lycabette, tenant sous leur feu les principales places des rues de la vile.

Le 58e participe le 27 juin au service d’ordre établi pour l’entrée de M. VENIZELOS, président du Conseil,

et le 30 à une prise d’armes au Stade.

Enfin, le 14 juillet le Général REGNAULT passe en revue les détachements des troupes alliées, en présence de M. VENIZELOS, du Corps Diplomatique et devant une foule enthousiaste de 30.000 Athéniens, qui acclament la France et les Puissances de l’Entente.

 

LE 58e DANS LE SECTEUR A L’OUEST DE MONASTIR

(29 , 30 juillet 1917 – 23 septembre 1918)

 

Le régiment transporté d’ Athènes à Florina prend le 29 et le 30 juillet le secteur de la Plaine et de la route de Resna à l’ouest de Monastir. Peu de temps après la relève, le lieutenant DE LAGARDE de SAIGNES, est tué d’une balle au cœur en faisant la reconnaissance de ses petits postes et de ses défenses accessoires en avant de ses tranchées.

Cet officier s’était particulièrement distingué à Ville-sur-Tourbe et à Verdun.

Le secteur occupé par le régiment comprend deux parties :

1°- La Plaine, qui s’étend entre le Massif de Posen, occupé par le 40e et la route de Monastir à Resna.

2°- Les premières pentes rocheuses, du Massif de la cote 1248

Au début, le secteur est assez calme, mais l’existence y est particulièrement pénible du fait que l’ennemi occupe toutes les hauteurs (Periteri et Dorsale de 1248) et rend toute circulation de jour impossible, car il n’existe pas de boyaux ni de bons cheminements défilés. Les cuisines fonctionnent au Ravin des Italiens et au Ravin de Brunswick et les repas ne peuvent être apportés

que de nuit aux unités en ligne.

La première ligne de tranchées n’a que 80 centimètres ; le sol est rocheux et ne peut être guère creusé qu’à la mine.

Il n’existe que quelques rares abris sérieux.

Le régiment s’est mis une fois de plus courageusement au travail, a creusé les tranchées et boyaux nécessaires, construit des abris,des blockhaus de mitrailleuses et place de sérieuses défenses accessoires, en un mot organisé un secteur complet, capable de résister à une attaque sérieuse.

 

COUP DE MAIN DU 3 SEPTEMBRE 1917 SUR LE SAILLANT BULGARE DE KIEL (PRES DE BRATINDOL)

 

Le commandement jugeant nécessaire de maintenir devant le front de la Division le plus possible de troupes bulgares prescrit qu’un coup de main important, avec une sérieuse préparation d’artillerie sera exécuté par le 58e.

Les 9e compagnie (lieutenant CADENCE) et 10e compagnie (lieutenant JOUVENT) avec un peloton de mitrailleuses (capitaine JOUVE),

sous le commandement du chef de bataillon FRANCOIS, doivent attaquer les positions ennemies du saillant de Kiel, pénétrer jusqu’à la ligne de soutien, nettoyer les abris, faire des prisonniers.

Le commandant de la troupe d’attaque est laissé libre, selon les circonstances, du moment où il ramènera son détachement.

La préparation d’artillerie est faite par une trentaine de batteries.

Le 3 septembre à 4h 25 du matin, la troupe prend, dans le plus grand silence son dispositif d’attaque.

Les cris d’un blessé attirent l’attention de l’ennemi qui déclenche son tir de barrage.

A 4h 45 les compagnies se lancent à l’assaut sous un barrage nourri et sous le feu des mitrailleuses et se portent d’un seul élan sur les tranchées ennemies.

Une vingtaine de bulgares sont tués sur la position et, dans la journée, il est fait une trentaine de prisonniers dont 1 officier.

Les sections s’organisent rapidement dans les tranchées ennemies, bouleversées par nos obus.

Le commandant de l’attaque décide de ne rentrer dans nos lignes qu’à la nuit et en rend compte au Chef de Corps.

La troupe passe donc toute la journée dans la position qu’elle a enlevé et que l’ennemi ne manque pas de bombarder sérieusement.

A 19h le tir de l’artillerie ennemie atteint une très grande intensité, qui indique nettement la préparation d’une forte contre-attaque.

En effet les officiers observateurs aperçoivent, vers 19h 15, un bataillon bulgare de contre-attaque descendant le ru de Magarevo

vers le saillant de Kiel.

En quelques secondes notre artillerie déclenche, une concentration de feux extrêmement violente qui brise l’élan de ce bataillon

et lui cause de fortes pertes.

La 2e vague bulgare est arrêtée net ; les réserves refluent vers l’arrière ; quant aux premières vagues qui ont pu franchir le barrage assez tôt, elles essaient par 3 fois de contre-attaquer, mais elles sont fauchées par nos feux.

Enfin vers 20h 45 le calme est rétabli et on entend l’ennemi qui travaille dans ses tranchées de deuxième ligne.

Alors la position est évacuée dans les conditions prévues : chaque section ramène ses blessés et ses morts jusqu’aux équipes

de brancardiers venues à leur rencontre.

Tout le monde rentre sans être inquiété, sans recevoir un obus, ni une balle.

Les écoutes micro-téléphoniques révèlent les pertes que les bulgares ont subies quand notre artillerie a arrêté leur contre-attaque :

« 29 morts, 300 blessés »

En ce qui concerne le régiment, le combat lui a coûté 23 tués, 6 disparus (tués), 102 blessés.

La troupe a montré dans l’attaque du saillant de Kiel, un grand courage et une ténacité vraiment méritoire, sous des feux d’artillerie d’une très grande intensité...

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021