Combattants de Lampaul Ploudalmézeau

Noms A - Arzel

Arzel Auguste Marie Joseph

Né le 28 Janvier 1892 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1912 Matricule 1981

Incorporé le 10 Octobre 1913

118e Régiment d'Infanterie

Classé Service Auxiliaire le 5 Décembre 1913

Opacité cristalline des deux yeux

Aux Armées du 8 Août 1914 au 8 Octobre 1914

Blessure par balle main droite le 9 Octobre 1914

Blessé du 9 Octobre 1914 au 4 Novembre 1915

64e Régiment d'Infanterie

le 5 Novembre 1915

Aux Armées

Blessé le 8 Novembre 1916 à Douaumont

Malade du 13 Avril 1917 au 16 Mai 1917

Aux Armées du 17 Mai 1917 au 23 Août 1919

Démobilisé le 24 Août 1919

Se retire à Lampaul Ploudalmézeau

Citation à l'Ordre du Régiment n°153

Soldat très courageux et dévoué, a fait

vaillamment son devoir

au cours des récents combats

Croix de guerre étoile de bronze

Médaille de la victoire

Médaille commémorative

 

Arzel Emile Paul

Né le 7 Décembre 1882 à Plouarzel

Classe 1902 Matricule 1296

Résidant à Lampaul Ploudalmézeau

Inscrit Maritime

Équipages de la Flotte 1903

Matelot de 3ème classe

Matelot de 2ème classe le 1 Janvier 1906

Matelot Chauffeur breveté le 1 Juillet 1906

Engagé Volontaire le 31 Janvier 1911

Quartier Maître Chauffeur le 1 Juillet 1912

Croiseur Lavoisier du 4 Avril 1914 au 2 Mars 1919

Croiseur de 3ème classe Lavoisier

04.1914 : Surveillance Pêche Islande
08.1914 : 2ème escadre légère en Manche
30.12.1915 : Port Said Egypte
02.1916 : Méditerranée occidentale
09.1916 : Maroc
1919 : station de Syrie

 

Arzel François Joseph

Né le 16 Décembre à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1892 Matricule 1893

Classé Auxiliaire d'Artillerie le 14 Septembre 1915

Renvoyé dans ses foyers le 14 Septembre 1915

Maintenu Service Auxiliaire le 28 Décembre 1915

Plaies variqueuses

Rappelé à l'activité le 28 Janvier 1916

Affecté à la Poudrerie de Pont de Buis

Décédé le 21 Février 1916

Hôpital Mixte de Quimper

Maladie n°15A de la nomenclature*

*Tuberculose de l'appareil respiratoire,

avec confirmation bactériologique et histologique

Non Mot pour la France

Monument aux Morts de Lampaul Ploudalmézeau

 

Arzel Gabriel Auguste

Né le 5 Avril 1891 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1911 Matricule 1379

1er Groupe Aéronautique de Versailles

le 8 Octobre 1912 - 1914

40e Régiment d'Infanterie

le 16 Juin 1917

288e Régiment d'Infanterie

le 20 Octobre 1917

Caporal le 3 Juillet 1918

Disparu le 19 Août 1918

Chiry-Ourscamps (Oise)

Mort pour la France

Monument aux Morts de Lampaul Ploudalmézeau

Médaille Militaire à Titre Posthume

le 24 Novembre 1920

Croix de Guerre étoile de bronze

 

Citation

Caporal courageux et dévoué.

Tombé au champ d'honneur

pour le salut de la patrie le 19 Août 1918

près de la ferme d'Attiche​.

Historique du 288e Régiment d'Infanterie

19 Août 1918

... Ah ! certes, le temps presse !

Il ne faut pas que nous nous endormions sur nos lauriers :

quelques heures de nettoyage, une nuit de bon repos, c'en est assez

« pour retaper les bonhommes » comme on dit à l'escouade.

 

Des ordres nouveaux vont nous relancer au combat à droite de nos premières

conquêtes : notre objectif doit être la prise de toute la crête de Chiry-Ourscamp,

qui nous jettera au pied du mont Renaud et aux avancées de Noyon.

 

L'ordre du général de division spécifie : attaque principale menée

par tout le 288e R. I., couvert sur son flanc gauche par le 283e R. I.

et sur son flanc droit par le 360e qui ne bouge pas; le 369e réserve de D. I.

 

Le 288e débouche par trois bataillons successifs ; objectif : carrières François, puis région au-dessus des carrières.

 

Aussitôt le premier objectif atteint, le 288e enverra des reconnaissances vers l'est,  en direction de Chiry ;

si ces reconnaissances rencontrent de la résistance, le régiment stoppera.

 

Sinon, il poussera sur le deuxième objectif.

Le 19 août, avant le jour, le régiment en colonne de bataillon, va prendre sa base de départ route de Belle-Assise

et Monument du 86e R. I.

 

A 5 heures, le barrage roulant de notre artillerie se déclenche à 700 mètres en avant de notre ligne.

Au moment où les compagnies de tête arrivent à lui, six artifices donnent le signal « allongez le tir » ;

le barrage marche à cent mètres en quatre minutes.

 

Dès les premiers instants de notre attaque, les liaisons téléphoniques sont interrompues.

 

Le bataillon de gauche du 360e progresse en liaison parfaite avec nous et à 6 h.45 occupe Le Hamel.

La résistance de l'ennemi est partout extrêmement énergique.

On fait des prisonniers ; nous avons en face de nous le 7e chasseurs prussiens.

 

A 7 h.15, des groupes de quatre à cinq Allemands sortent des carrières François et se replient.

Néanmoins le 5 e bataillon est arrêté devant l'obstacle.

De nombreuses mitrailleuses postées sur les lisières des bois nord-est nous éprouvent durement.

 

Dans l'affairement de la bataille, la nouvelle circule que Lassigny est pris.

Nous en ressentons un sursaut d'énergie.

Nous ne progressons, cependant, que fort péniblement.

 

A partir de 10 h.40, la lourde bat avec une violence accrue le dessus des carrières, tandis que nos 75 travaillent les lisières.

Le bataillon TOURNADE soutient un combat pleinement efficace mais dur ; les mitrailleuses Maxim clic-claquent de toutes les directions, elles semblent de partout surgir sans cesse.

 

Les obus à ypérite français et boches s'abattent sur le secteur et sur les arrières répandant à jet continu leurs buées maléfiques

dont les effets se multiplient doublement sous le soleil torride et dans un secteur boisé.

 

Les forêts de hêtres et de sapins sont baignées dans une immense atmosphère bleue qui brûle quiconque enlève le masque.

 

Le marmitage copieux des fusants et percutants, des 105 et des 155 achève de nous faire apprécier les charmes de ce coin de la terre.

 

Après des efforts qui nécessitent des prodiges de courage ingénieux et d'endurance tenace, nos deux Bataillons parviennent

enfin à déloger le Boche.

 

Le 4e gagne du terrain à l'Est des Carrières et le 5e occupe celles-ci.

 

Le 360e R. I. n'est plus en liaison avec notre droite...

 

Depuis le matin les intoxiqués regagnent par groupes le P. S., aveugles, en queue-leu-leu,

lamentable procession pleurante qu'un voyant dirige.

Bien des blessés, plus de cinquante hommes.

 
 

Arzel Hervé François Marie

Né le 1 Juillet 1889 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1909 Matricule 2581

Rappelé à l'activité au 71e Régiment d'Infanterie

le 4 Août 1914

25e Régiment d'Infanterie

le 26 Octobre 1914

Décédé le 3 Novembre 

Blessures de Guerre

au Couvent du Saint Sacrement

à Arras (Pas de Calais)

Mort pour la France

Monument aux Morts de Lampaul Ploudalmézeau

 

 

Historique 25e Régiment d'Infanterie

 

La guerre des tranchées – Secteur d’Arras

 

Un puissant système de défense établi en quelques jours entre Arras et Beaurains, aux lisières des faubourgs Saint-Sauveur et Ronville, contribue le 31 octobre à enrayer la forte attaque prononcée par les Allemands en présence de leur empereur, sur la capitale picarde.

 

L’attaque à peine terminée, tout le monde se remet au travail.

 

Arzel Jean François Marie

Né le 16 Novembre 1893 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1913 Matricule 408

Engagé Volontaire le 17 Juillet 1911

Apprenti Marin

 

Matelot de 2ème classe le 1 Janvier 1912

Matelot 1ère classe Chauffeur le 1 Juillet 1915

Congédié le 15 Mars 1919

Inscrit Maritime le 2 Septembre 1919

 

Arzel Yves Marie

Né le 23 Mai 1877 à Lampaul Ploudalmézeau

Classe 1897 Matricule 1162

Non affecté de l'Administration des Postes

du Finistère comme facteur rural à Lannilis

du 31 Mars 1907 au 2 Février 1916

Mis à la disposition de l'Autorité Militaire

le 19 Février 1916

Groupe Territorial - 3ème Régiment d'Artillerie à Pied

8e Régiment d'Artillerie

le 26 Mars 1916

158e Régiment d'Artillerie à Pied

le 16 Septembre 1918

Aux Armées

Démobilisé le 31 Janvier 1919

Se retire à Ploudalmézeau

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Novembre 2021