Fenêtres sur le passé

1937

Un commencement d'épidémie à Ouessant

 

Source : La Dépêche de Brest 15 novembre 1937

 

M. le sous-préfet ayant appris qu'une maladie infantile à forme épidémique venait de se déclarer à Ouessant

a immédiatement alerté les autorités médicales.

 

Hier matin à 7 heures 45, M. Jacques Henry, sous-préfet ;

le médecin général Plazy, directeur du service de santé de la 2e région ;

le docteur Tuzet, directeur du service départemental d'hygiène ;

le médecin principal Quérangal des Essarts, chef du laboratoire bactériologique à l'hôpital maritime

et M. Bonin, conseiller général, se sont embarqués à bord de l'aviso Somme pour se rendre à Ouessant.

 

Ils ont été salués à leur arrivée par le maire, plusieurs conseillers municipaux et le docteur de Casteras,

médecin traitant de l'île.

 

Une première conférence a eu lieu à la mairie.

Le docteur de Casteras a donné connaissance des symptômes de la maladie qu'il avait observés.

 

Puis, après avoir visité les quelques malades en traitement, dans une nouvelle conférence,

M. le médecin général Plazy a donné au personnel militaire de la marine et de la guerre et M. le docteur Tuzet,

au maire et aux instituteurs les consignes prophylactiques qui devaient être observées pour lutter efficacement contre la maladie.

Médecin Général de 2ème classe de la Marine Louis PLAZY

Collection Famille Plazy

Des prélèvements ont été faits sur les enfants atteints.

Ces prélèvements feront l'objet d'analyses dont les résultats seront communiqués au médecin traitant.

 

La population s'est montrée très touchée de l'empressement avec lequel les autorités avaient pris toutes les mesures nécessaires pour limiter rapidement le mal avant qu'il ait eu le temps de prendre de l'extension.

 

M. Jacques Henry recommanda au maire — à qui M. le médecin général avait remis des sérums et du matériel de désinfection — de rassurer les habitants.

 

A 17 heures, l'aviso Somme, commandé par le lieutenant de vaisseau du Tertre quittait Ouessant et les autorités qui avaient repris place à bord débarquèrent à 19 heures au pont Gueydon.

 

Source : La Dépêche de Brest 17 novembre 1937

 

Grâce aux importantes mesures prophylactiques prises dès dimanche dernier, la maladie qui avait causé un cas mortel et que l'on craignait voir prendre des proportions épidémiques, semble être sinon conjurée, du moins en forte décroissance.

 

Aucun nouveau cas grave n'a été signalé hier et un mieux très sensible s'est produit dans l'état de santé des trois ou quatre enfants en observation.

 

Il vaut mieux prévenir que guérir et on doit sans doute, à l'empressement avec lequel l'alerte a été donnée d'avoir réussi à empêcher le mal de prendre une extension qui, surtout dans l'île d'Ouessant, aurait pu avoir des conséquences graves.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021