Fenêtres sur le passé

1935

Tribunal Correctionnel - Spécial Ouessant

Source : La Dépêche de Brest 11 octobre 1935

 

Denis Guéguen, 36 ans, manœuvre, demeurant à Stang-ar-Glan, à Ouessant, ne travaille pas souvent.

Il est pensionné et touche environ 500 franc par trimestre, qui lui servent surtout à boire.

 

Pourtant, il a sept enfants de 10, 9, 8, 6, 4, 2 ans et le dernier d'un mois, mais il les laisse sans ressources,

ainsi que sa femme, née Marie Bouton, 31 ans, qui a dû se séparer de son ivrogne et paresseux mari.

Le 2 mai dernier, le tribunal avait condamné Denis Guéguen

à verser à sa femme une pension alimentaire mensuelle

de 150 francs par mois.

Mais Jamais la pauvre femme n'a vu la couleur de son argent

et c'est grâce à une quête faite dans l'île qu'elle a pu subvenir chichement depuis aux besoins de sa nombreuse progéniture, puisqu'elle ne peut se livrer à aucun travail.

 

Quand il a bu, Denis Guéguen est méchant.

Le 18 avril, sous prétexte qu'ils lui appartenaient,

il arrachait les piquets servant à fixer les fils de fer pour suspendre du linge,

lorsque sa belle-sœur voulut lui faire des remontrances.

 

Il n'en poursuivit pas moins son travail.

Exaspérée, sa belle-sœur le saisit par sa veste, mais Guéguen se retourna et la jeta à terre d'une violente gifle.

 

Denis Guéguen, si loquace que le président, doit lui imposer silence, explique par des mauvaises raisons

ses inqualifiables procédés et le tribunal le condamne à 15 jours de prison pour abandon de famille,

qui se confondront avec les six jours qui lui sont octroyés pour coups et blessures.

 

Avec les cheveux coupés, les crêpages de chignons sont devenus difficiles,

mais à Ouessant les femmes ont de longues chevelures et, pour une futilité, un droit de passage,

trois voisines s'étaient prises aux cheveux à Niou-Huella.

 

Ce sont Mmes Barbe Casseau, femme Tual, 42 ans ; Marguerite Conan, femme Malgorn, 31 ans,

et Jacquette Cornen, 59 ans, que le tribunal met d'accord en leur infligeant à chacune 16 francs d'amende.

La femme Tual bénéficie toutefois du sursis.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021