Fenêtres sur le passé

1927

Sauvetage d'un hydravion dans le Fromveur

Source : La Dépêche de Brest 11 mars 1927

 

Avant-hier soir, vers 19 heures, un hydravion du centre aéronautique de La Ninon survolait,

aux environs de Ouessant, lorsque par suite d'une panne il dut amerrir.

 

Le torpilleur Marocain alla le chercher et le prit en remorque, après que le pilote eut embarqué.

 

Le torpilleur était en route depuis environ deux heures, lorsque la mer houleuse fit chavirer l'appareil qui coula.

 

Cet hydravion était du même, type que celui qui prit feu, il y a quelques semaines, en évoluant au-dessus de la rade.

Source : La Dépêche de Brest 12 août 1927

 

ILE MOLÈNE

 

Le 9 mars 1927, je fus averti par le chef guetteur de service qu'un hydravion était tombé à la mer

par le travers d'Arlan (Ouessant) Fromveur, j'accourus vers l’abri du canot de sauvetage,

où je trouvais assez de monde pour lancer le Coleman.

 

Il était 17 heures, nous fîmes route vers les lieux du sinistre.

Arrivés au sud-ouest de Men-Corn environ un demi-mille, nous aperçûmes le contre-torpilleur Marocain mouillé, prenant les dispositions pour prendre l'hydravion en remorque.

 

Arrivés sur les lieux du sinistre, j'offris mes services au commandent du Marocain, ainsi qu'au pilote de l'hydravion.

Le commandant me donne l'ordre de rester à son service jusqu'à son appareillage.

Il m'a donné l'ordre si possible de prendre sa vedette se trouvant près du contre-torpilleur Algérien

et de la ramener à bord.

J'ai pu faire ce remorquage avec beaucoup de difficultés vu l'état de la mer et les forts courants.

 

Le service terminé, le commandant et le pilote de l'hydravion nous ont remerciés et nous fîmes route vers notre station à 19 h. 30, avec une légère avarie (taquet d'amarrage, filière T. A.).

Le Coleman est mis sur son corps-mort en attendant une accalmie pour le rentrer dans sa maison-abri.

 

Le patron du « Coleman »,

Cuillandre

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021