Fenêtres sur le passé

1909

Le petit catéchisme du cabaretier

Source : Le Quimperlois Janvier 1909

 

Le petit catéchisme du cabaretier

 

1. — D'abord, il faut te lever de bonne heure et te coucher tard.

 

2. — Tu mangeras quand tu pourras, mais pas à ton aise,

car si tu vends assez bien, tu seras dérangé souvent,

pour ton bonheur.

 

3. — Tu ne seras point jaloux et si quelqu'un fait de l'œil

à ta femme, tu devras faire semblant de rien ;

au besoin tu te retireras du comptoir et même,

tu pourras aller faire un tour.

 

4. — Tu ne devras pas refuser le commerce

et tu boiras au long du jour avec les habitués.

 

5. — Quand tu sortiras — tu peux quelquefois sortir —

tu paieras un verre à tous les clients que tu rencontreras.

 

6. — Pour maintenir ta clientèle, tu devras savoir jouer

à tous les jeux ;

les pertes et le compte que tu paieras, c'est le bénéfice

que tu auras fait sur la société, laquelle te demandera

de nouveaux jeux de cartes tous les quinze jours.

 

7. — Tu devras toujours avoir des journaux et du tabac

pour offrir à ceux qui n'en ont point.

 

8. — Qu'en politique, tu sois blanc, bleu, rouge ou noir,

quand un client dira quelque chose,

tu devras toujours dire comme lui.

 

9. — De temps en temps, on viendra te demander cent sous

à prêter pour aller boire ailleurs, tu les donneras

pour ne pas mécontenter la pratique ;

si tu les vois revenir estime-toi heureux ;

plus souvent l'individu ne reviendra plus et dira partout

que la bière est mauvaise ;

au besoin même, il dira que tu as marqué à la fourchette.

 

10. — Si on te casse des verres, même un carreau de vitre,

tu devras rire et dire que ce n'est rien.

 

11. — Tu devras savoir les noms de tous les habitués,

savoir que celui-ci veut une goutte d'absinthe dans son amer, celui-là du curaçao ;

qu'un autre, n'aime que la vieille bière, que Paul n'aime

que la jeune et que pour Jacques il faut la couper.

 

12. — Tu devras retenir leurs places absolument

comme pour les abonnés de théâtre.

 

13. — Tu devras t'informer de leur santé ;

si c'est l'hiver, dire qu'il fait froid dehors ;

si c'est l'été, tu diras qu'il fait chaud ;

si on te dit le contraire tu ne répondras rien.

 

14. — Tu devras soigner ta bière, tes liqueurs, tes tuyaux,

même ton feu pendant l'hiver, mais si tu es malade,

tu ne pourras pas te soigner, tu ne devras même pas le dire,

car si c'était l'influenza ou autre,

on ne viendrait plus chez toi de crainte de la contagion.

 

15. — Enfin, tu ne devras plus être un homme, tu ne seras qu'un cabaretier.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021