Fenêtres sur le passé

1907

Contre l'alcool

Source : Le Progrès du Finistère mars 1907

 

Contre l’alcool

 

La Jeunesse antialcoolique du Finistère croit bon d'attirer l'attention publique sur les faits suivants qui ont été narrés,

la semaine dernière, par tous journaux de la région.

 

Dans la soirée du Mardi-Gras, chez un débitant

de Ty-Névez-Kerzaviou, en Landudal, quatre gamins firent une telle consommation de boissons alcooliques,

que l'un d'eux, H. S. fut trouvé mort, le lendemain,

à 500 mètres de l'auberge, théâtre de leurs exploits.

 

Le jeune H. S. était âgé de quinze ans.

 

M. le Préfet du Finistère s'est ému de ce fait-divers navrant :

il vient d'inviter la gendarmerie et les commissaires de police du département à se montrer très sévères

dans la répression des délits d'ivresse et à veiller à la stricte observation des arrêtés préfectoraux réglementant

la police des cafés, débits et cabarets.

 

La Jeunesse antialcoolique du Finistère félicite hautement M. le Préfet de cette initiative énergique.

 

Mais elle croit que l'affaire de Landudal est l'occasion ou jamais d'appliquer la loi.

L'aubergiste inconscient, cause de la mort du jeune S.,

tombe en effet sous le coup de l'article 7 de la loi de 1873

sur la répression de l'ivresse publique :

Sera puni d'un emprisonnement de 8 jours à 1 mois et d'une amende de 16 à 300 fr., quiconque aura fait boire jusqu'à l'ivresse un mineur âgé de moins de 16 ans accomplis.

 

Et aussi, sous le coup de l'article 319 du Code Pénal :

Quiconque par maladresse, imprudence, inattention, négligence

ou inobservation des règlements aura commis involontairement un homicide,

ou en aura involontairement été la cause,

sera puni d'un emprisonnement de 3 mois à 2 ans et d'une amende de 50 à 600 francs.

 

Il serait donc regrettable que cette affaire fût étouffée grâce à certaines interventions

et réglée seulement devant le juge de paix.

Le juge de paix, en effet, n'est pas compétent et ne peut rien connaître de la question.

 

Si la Jeunesse antialcoolique du Finistère attire l'attention sur ces faits à la fois tristes et répugnants, ce n'est pas pour nuire à des personnalités qu'elle ignore,

mais parce qu'il est grand temps en Bretagne d'engager une lutte sérieuse contre le fléau social de l'alcoolisme.

 

L'affaire de Landudal jette un jour fâcheux sur la mentalité de certains débitants patentés,

qui ne craignent pas, au mépris des lois, de favoriser l'alcoolisme de l'enfance.

Les circonstances particulièrement,

poignantes qui entourent la mort du jeune S.

devraient occuper l'attention de M. le Procureur de la République.

 

La Jeunesse antialcoolique du Finistère.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021