Fenêtres sur le passé

1900

Les travaux dans le port de Brest

Source : La Dépêche de Brest 9 février 1900

 

Les travaux dans le port de Brest

 

Voici, en ce qui concerne Brest, le texte exact et détaillé du projet du gouvernement sur l'outillage du port de Brest :

Une nouvelle cale de construction, à établir sur la rive gauche de la Penfeld, est réclamée avec instance

pour la mise en chantier des nouveaux bâtiments, trop longs pour être construits sur les cales actuelles.

 

Le programme de 1882 prévoyait la création, en avant de l'entrée de la Penfeld et de l'anse de Lanninon,

d'un mouillage d'environ 300 hectares couvert par des jetées ;

dans lequel une escadre pourrait stationner et se ravitailler à l'abri des surprises des torpilleurs ennemis

et de l'agitation de la mer.

 

Il comprenait, en outre, l'organisation, à Lanninon,

de terre-pleins aménagés pour le service de la flotte

et le radoub des grands bâtiments.

 

Les jetées ont été construites dans la partie ouest du mouillage, qui a été dragué en grande partie, et les terre-pleins ont été constitués en exécution de la loi du 11 juillet 1889.

 

Mais le résultat obtenu ne répond que d'une manière tout à fait incomplète au but poursuivi, et les sacrifices déjà faits

restent en grande partie perdus, faute d'exécution

des ouvrages ajournés.

 

Il est de toute nécessité de poursuivre jusqu'au bout

le programme de 1882 en terminant les jetées et les dragages, en construisant des quais et en organisant les dépendances

des divers services.

 

On doit surtout construire deux grandes formes de radoub à grand tirant d'eau, qui sont indispensables pour assurer

le service d'une escadre et le salut des navires qui reviendraient de la mer, coulant bas à la suite d'un combat ou d'un abordage.

 

L'absence de ces formes laisse la marine

sous le coup d'accidents qui seraient désastreux

au point de vue matériel comme au point de vue moral.

 

Les services à installer à Lanninon comprennent notamment

la défense mobile, placée à titre précaire

dans le port de commerce.

 

Les magasins à munitions de l'île des Morts, situés au sommet d'un îlot escarpé, inaccessible à basse mer et inabordable par certains vents, ne répondent plus en aucune façon aux nécessités actuelles.

 

Il est indispensable de les déplacer ; on les transporterait dans le vallon des Quatre-Pompes, à proximité de la rade-abri.

 

Le département des travaux publics a mis à l'étude

la construction, dans le port de commerce,

d'une grande forme de radoub, dont la mise en service

aurait un grand intérêt pour la flotte.

 

La dépense, à la charge de l'Etat, s'élèverait à deux millions, déduction faite d'une subvention locale de même somme.

 

Il est urgent d'augmenter les ressources en eau du port,

qui sont loin de répondre aux besoins, et de créer des réserves pour assurer l'alimentation de la flotte en temps utile,

tout en garantissant la marche des services de l'arsenal.

 

Ces nouvelles réserves seraient créées près de la rade abri,

à Lanninon et aux Quatre-Pompes.

 

Il est urgent de réorganiser le casernement de Pontanézen

pour y réinstaller dans de bonnes conditions le 6e de marine, logé d'une manière précaire sur les terre-pleins

du port de commerce.

 

Il n'est pas moins urgent de donner un quartier aux batteries logées en partie aux dépens du 2e de marine.

 

Les travaux à faire au port de Brest sont évalués à la somme de 29,750,000 fr., savoir :

  • Établissement d'une nouvelle cale de construction, 250,000 francs ;

  • Achèvement de la rade-abri (jetées et dragages), 8,600,000 francs ;

  • Aménagement des dépendances de la rade-abri, quai, terre-pleins, voies ferrées, bâtiments divers,

5,700,000 francs ;

  • Établissement d'un dépôt de munitions et de moyens d'embarquement aux Quatre-Pompes, 600,000 francs ;

  • Installation de la défense mobile à Lanninon, 1,300,000 francs ;

  • Construction à Lanninon de deux grandes formes de radoub, 9,400,000 francs ;

  • Construction d'une forme de radoub au port de commerce, part de l'Etat, 2,000,000 francs ;

  • Aduction d'eau, 40,000 francs ;

  • Réorganisation du casernement du 6e de marine à Pontanézen, 1.000,000 de francs :

  • Construction d'un casernement pour les batteries d'artillerie au polygone de Saint-Pierre-Quilbignon,

500,000 francs.

 

Total égal, 29,750,000 francs.

 

On débutera en 1900 par les travaux d'achèvement des jetées de la rade, qui seront terminés en 1904.

 

Les aménagements de Lanninon et les travaux des formes de radoub seront attaqués en 1902.

 

Deux des formes de radoub seront livrées en 1904, à Lanninon et au port de commerce,

avec la partie principale des aménagements de Lanninon.

 

Les parachèvements de ces derniers seront menés à leur fin en 1905 ou 1906.

 

La dernière forme de radoub sera livrée en 1907 ;

la nouvelle cale de construction, le dépôt de munitions des Quatre-Pompes et le complément de la distribution d'eau seront commencés en 1900 et mis en service successivement, de 1901 à la fin de 1902

ou au commencement de 1903.

 

Les travaux des casernes seront faits de 1902 à 1904.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Août 2021