Fenêtres sur le passé

1898

La diseuse de bonne aventure et le trésor de Gouesnac'h

Source : Le Finistère août 1898

 

La diseuse de bonne aventure et le trésor de Gouesnac’h

 

Le 31 juillet dernier c'était jour de Sainte-Anne-de-Fouesnant.

 

Le nommé Quéméner (Guillaume), cultivateur à Kerlay, en Gouesnac'h, s'y était rendu avec bien d'autres.

 

Vers trois heures il se trouva en face de la voiture d'une saltimbanque qui l'engagea à monter près d'elle

pour se faire dire la bonne aventure.

 

Quéméner est crédule ; il obéit à l'invitation.

Après lui avoir tenu quelques propos insignifiants,

notre devineresse de feindre tout à coup la surprise et de s'écrier :

« Mais je vois un trésor dans un de vos champs ;

oui, c'est bien un trésor, et il ne tient qu'à vous d'en prendre possession.

Donnez-moi trois mille francs, et l'affaire est faite. »

 

« Trois mille francs, s'écria-t-il ;

je n'ai pas une si grosse somme.

Mais je vous donnerai tout ce que j'ai chez-moi, cent cinquante francs ».

 

Et il indiqua à la saltimbanque où se trouvait sa demeure,

en lui remettant comme à-compte 5 francs qu'il avait sur lui.

 

Le lendemain, notre rusée commère ne manque pas de se rendre à Kerlay.

 

Elle était accompagnée d'une autre femme, âgée d'une trentaine d'années, et d'un jeune homme de 15 à 18 ans, qui parlait très bien le breton.

 

Ce dernier dit à Quéméner :

« Je vois le trésor d'ici, comme vous voyez la lune.

Allez chercher tout l'argent qui se trouve chez vous et nous nous rendrons à l’endroit où le trésor est caché ».

 

Quéméner s'en alla aussitôt, et à l'insu de sa femme, chercher les cent cinquante francs qu'il avait chez-lui

et les versa aux filous.

La somme remise, ce fut une autre chanson.

 

Les chevaliers d'industrie dirent à leur dupe qu'ils reviendraient dans neuf jours pour lui rendre son argent

et lui faire voir le trésor.

 

Cependant Quéméner ne put longtemps cacher à sa femme l'excellente opération qu'il croyait avoir fuite.

 

Elle lui dessilla les yeux et le décida, le 2 août, à se rendre à Quimper pour chercher ceux qui l'avaient mystifié.

 

Il les y chercha on vain.

 

Peut-être les renseignements suivants les feront-ils arrêter ailleurs :

Ils ont une voiture à deux roues, couverte, et attelée d'un cheval blanc, maigre et d'une assez haute taille. 

Celui qui conduit d'ordinaire la voiture est âgé de 30 à 35 ans, a une mouche et une moustache blondes. 

II est vêtu d'un pantalon de coton gris et d'un paletot de drap.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Janvier 2021