Fenêtres sur le passé

1898

Les conserves et la date de fabrication

Source : Le Finistère juillet 1898

 

Les conserves et la date de fabrication.

 

On se rappelle les cas d'empoisonnement récemment survenus dans diverses garnisons

à la suite de la consommation de conserves de viande qui toutes, d'ailleurs, étaient de fabrication étrangère.

 

Sous l'impression de cet événement, un député a eu l'idée de déposer une proposition de loi qui tend à obliger

les fabricants de conserves alimentaires à mentionner d'une façon apparente sur les boîtes la date de fabrication

de chacune d'elles.

 

Les intentions de l'auteur de cette proposition sont excellentes sans doute ;

seulement, il n'a pas pris garde qu'il frappait des innocents.

Les seuls atteints par la loi seraient, en effet, les fabricants français,

dont les produits n'ont jamais mis en danger la santé des consommateurs militaires ou autres, ainsi que le ministre de la guerre l'a hautement reconnu.

 

Quant aux fabricants étrangers, ils ne sont nullement tenus d'obéir à une loi française, et cette loi manquera nécessairement de sanction à leur égard,

à moins qu'on ne la complète en prohibant l'introduction en France

des boîtes de conserves non conformes aux exigences légales.

 

C'est à quoi la Chambre réfléchira sans doute avant de voter la proposition dont il s'agit.

 

Quoiqu'il en soit, les fabricants de conserves de poissons tomberaient, comme les autres, sous l'application de la loi nouvelle, et c'est assez dire que la question a une véritable gravité pour la région bretonne,

dont c'est la principale industrie.

 

Nous croyons donc intéressant de reproduire les principaux passages

du rapport fait à la Chambre au nom de la commission d'initiative

et concluant à la prise en considération. 

« De trop fréquents exemples, dit le rapporteur, démontrent chaque jour le danger qui résulte

de l'usage de conserves alimentaires avariées, non en raison d'une fabrication défectueuse,

mais par suite de la décomposition des produits conservés ;

décomposition due au temps seul, et qu'il est bien difficile à une fabrication industrielle

d'éviter d'une manière absolue. »

 

« Afin de prémunir le public et les administrations chargées de l'approvisionnement des troupes ou des autres agglomérations contre ce danger qu'il est actuellement impossible de prévoir, l'auteur de la proposition demande qu'à l'avenir aucune boite de conserves alimentaires ne puisse être mise en vente sans être revêtue ostensiblement

d'une mention indiquant la date de sa fabrication. »

« Il est à remarquer que beaucoup de fabricants de plaques sensibles pour la photographie ont déjà adopté cette manière de faire,

qui est une garantie pour l'acheteur.

N'y a-t-il pas un intérêt bien supérieur à l'adopter pour une marchandise dont l'emploi peut être cause de la mort de milliers d'individus ? »

 

« À l'unanimité, votre Commission d'initiative a conclu à la prise

en considération de cette proposition que des événements récents suffiraient seuls à justifier. »

M. Viseur adresse une question au ministre de la guerre

sur les récents accidents causés par les conserves de viande.

 

M. Lecour de Grandmaison transforme la question en une interpellation acceptée par le gouvernement.

 

Il demande que toutes les précautions soient prises pour éviter le retour

des accidents qui ont ému si vivement l'opinion. 

L'orateur attribue ces accidents à l'emploi des conserves étrangères ;

celles de fabrication française offrent toutes garanties.

Il demande qu'une plus grande surveillance soit exercée à l'égard des fournisseurs.

 

Le ministre de la guerre déclare que les faits ont été exagérés.

Ils sont dus à l'emploi de conserves américaines.

 

Des mesures rigoureuses ont été prises pour qu'ils ne se renouvellent pas.

 

La consommation des conserves trop anciennes a été suspendue.

Charles Le Cour-Grandmaison

Ce sera une dépense pour le Trésor, mais, si elle est nécessaire, les Chambres la voteront sans difficulté.

 

Les boites qu'on ne jugerait pas bonnes pour la consommation seraient détruites.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Septembre 2021