Fenêtres sur le passé

1896

Gredins précoces envoyés en maison de correction

Source : La Dépêche de Brest 13 février 1896

 

Gredins précoces. 

 

Hier soir, vers cinq heures, les agents Kérautret et Crenn, de la brigade de sûreté, rencontrant dans la rue de la Mairie deux gamins, R... (Victor), âgé de dix ans, et R... (Charles), âgé de huit ans, qui comptaient des pièces de monnaie,

et soupçonnant un vol, s'approchaient pour questionner les deux gamins, quand ceux-ci s'enfuirent à toutes'jambes. 

Les agents les retrouvèrent vers huit heures, dans la Grand'Rue,

à l'angle de la rue des Trois-Piliers, en compagnie de leur frère Auguste, âgé de 12 ans, et les conduisirent tous au poste

de police du 2e arrondissement.

 

Là, Victor et Charles R... avouèrent que, vers 4 h. 3/4,

ils avaient pénétré, sous prétexte de solliciter l'aumône,

dans un débit, au numéro 10 de la rue de Siam,

et qu'en l'absence de toute personne dans l'établissement, 

 

Victor avait pris dans le tiroir du comptoir, non fermé à clef,

deux pièces de cinq francs. 

 

Ils en avaient échangé une dans un magasin de la place

La Tour d'Auvergne, puis s'étaient rendus sur la place

de la Liberté, où ils avaient acheté des bonbons,

joué aux loteries et au massacre des innocents. 

 

Leur frère Auguste avait ensuite pris à Victor

le reste de l'argent volé.

 

Ces jeunes garnements ne font que vagabonder

et ne vivent que du produit de la mendicité. 

Leurs parents, très peu recommandables,

les abandonnent complètement. 

 

Tous les trois ont été déférés au tribunal correctionnel,

qui a confirmé les mandats de dépôt décernés contre eux.

Source : La Dépêche de Brest 15 février 1896

Source : La Dépêche de Brest 15 février 1896

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Septembre 2021