Fenêtres sur le passé

1895

Les pupilles de la Marine

Source : La Dépêche de Brest 11 octobre 1895 

 

Le nombre des orphelins actuellement à l'établissement de la Villeneuve, y compris les 24 admis le 3 courant,

est de 306, dépassant de six l'effectif réglementaire.

Créé par le contre-amiral de Gueydon et installé d'abord, en 1863, dans l'ancien hôpital Saint Louis, rue de la Mairie, l'établissement fut transféré à la Villeneuve au commencement de l'année 1882.

Une épidémie de conjonctivite s'étant déclarée, l'établissement fut fermé le 15 septembre 1883.

 

Jusqu'alors il avait été placé sous un régime quasi-militaire.

Ouvert de nouveau le 1er avril 1885, un décret du 2 août 1881 l'avait réorganisé.

Tandis qu'auparavant les pupilles étaient admis de droit à bord du vaisseau-école des mousses, le nouveau décret,

en décidant qu'ils seraient rendus à quatorze ans à leurs familles, les plaçait, à partir de cet âge, dans la règle générale, soit pour entrer à l'école des mousses soit pour se faire admettre dans les ateliers des arsenaux maritimes.

En même temps au personnel militaire, était substitué un personnel composé de retraités,

c'est à dire presqu'un personnel civil.

 

Le nombre d'orphelins que l'établissement a recueillis depuis sa création est de 4,283, dont 2 889 du 26 février 1863 au 15 septembre 1883 et 1394 du 1er avril 1885 au 3 octobre 1895.

Sur ces 4 283 on peut compter 90 pour 100 d'enfants appartenant aux cinq départements bretons

et 42 ou 43 pour 100 au Finistère.

 

Dans ces derniers temps, d'importantes améliorations ont été apportées à l'établissement et au bien-être des pupilles.

 

Depuis 1892 il a été créé un cours spécial d'apprentissage pour les pupilles qui ont obtenu le certificat d'études primaires ou sont capables de l'obtenir.

Les petits apprentis vont à l'atelier deux heures par jour ; les uns sont ajusteurs, les autres sont chaudronniers.

 

L'hygiène des dortoirs installés dans la fonderie de l'ancienne usine métallurgique de la Villeneuve laissait autrefois fort à désirer.

Des modifications hygiéniques ont été apportées à leur disposition en 1891 ; en 1893, les paillasses des lits des pupilles étaient remplacées par des sommiers élastiques, et les quinquets fumeux des dortoirs ont fait place à un éclairage à la bougie.

Aujourd'hui, si les dortoirs ne sont pas beaux, on peut du moins assurer qu'ils sont sains.

17-3-13,

Paris, congrès d'éducation physique

vélodrome d'hiver, entrée des pupilles de la marine en uniforme :

[photographie de presse] / [Agence Rol]

L'effectif réglementaire des pupilles est fixé à trois cents ;

les locaux actuels ne permettent pas d'en recevoir un plus grand nombre.

Le département de la marine ayant décidé de le porter à cinq cents, il a fallu construire.

On a déjà commencé un bâtiment de 63 mètres de longueur, à trois étages,

mesurant chacun 4 mètres 25 sous plafond.

Il y aura :

Au rez-de-chaussée, trois réfectoires avec 51 tables de dix enfants ;

à chaque étage, quatre chambrées de 40 lits chacune, assurant à chaque pupille 17 mètres cubes d'air, non compris le renouvellement continu, et trois escaliers de dégagement.

 

On construira ensuite deux bâtiments scolaires présentant toutes les dispositions prescrites par les règlements de 1887 de l'instruction publique (chaque classe recevra quarante enfants) et une infirmerie et un logement particulier pour les orphelins de père et de mère, âgés de sept à neuf ans ;

des ateliers pour les apprentis en bois, en fer, en cuivre, en tôle, etc. ;

des salles de bains, des logements pour le personnel, etc.

 

Lorsque tous ces travaux seront terminés les enfants seront répartis en quatre cours de récréation munies d'appareils de gymnastique, de bornes fontaines, de lavabos et de bancs, et plantées d'arbres.

 

Pour compléter tout cela, une piscine serait nécessaire.

Si l'on n'avait pas comblé l'anse de la Villeneuve, on eut pu, avec une dépense de 12 à 15,000 fr.,

créer là une piscine de 55 mètres de long sur 35 de large.

 

Il est juste d'ajouter que ces importantes améliorations ont été apportées

sous l'administration du commandant Mathieu, qui depuis sept années dirige l'établissement.

 

Tout ce qui est fait pour le bien des orphelins de la marine ne peut être qu'approuvé en ce pays de marins.

20-03-13,

éducation physique, pupilles de la marine du lieutenant de vaisseau Hébert

au Club athlétique de la Société générale

[photographie de presse] / [Agence Rol]

 

20-03-13,

éducation physique, pupilles de la marine du lieutenant de vaisseau Hébert

au Club athlétique de la Société générale

[photographie de presse] / [Agence Rol]

 

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

15-3-13,

congrès d'éducation physique vélodrome d'hiver,

démonstration d'exercice physique par les pupilles de la marine

photographie de presse / Agence Rol

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021