Fenêtres sur le passé

1895

Une jeune voleuse précoce

Source : La Dépêche de Brest 27 août 1895

 

Avant-hier soir, vers quatre heures, Mme Démézet, qui tient un déballage sur la place Saint-Corentin,

s'apercevait tout à coup qu'une fillette de treize ans environ venait de lui subtiliser deux petites coiffes en dentelle, d'une valeur de 3 fr. 50, et qu'elle s'était empressée de cacher dans un panier qu'elle tenait au bras.

La marchande l'arrêta aussitôt et la conduisit au commissariat

de police, où, outre les deux coiffes en dentelle volées

à Mme Démézet, on trouva sur elle deux autres objets en dentelle

valant 2 fr 15.

 

Pour les coiffes, elle dit que Mme Démézet les lui avait jetées

dans son panier pour la forcer à les acheter.

 

Quant aux deux objets en dentelle, pressée de questions,

elle finit par avouer qu'elle les avait volés chez une dame Cariou,

demeurant rue de la Providence.

 

Le grand-père de cette jeune voleuse,

qui est une nommée Plouzennec (Catherine), du village de Kerforn,

en Guengat, ayant désintéressé l'une des personnes volées

et promis de désintéresser l'autre, on lui a remis sa petite-fille.

 

Une bonne semonce lui sera sans doute adressée par le tribunal.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - mars 2021