Fenêtres sur le passé

1895

Plounévez-Lochrist

Une cuillerée d'acide phénique pur

au lieu d'huile de ricin

Source : La Dépêche de Brest 17 octobre 1895

 

Descente de justice à Plounévez-Lochrist

MM. Hardoin, juge d'instruction ;

Sanson, procureur de la République, et Bodros, médecin légiste,

sont partis ce matin, vers huit heures, pour Plounévez-Lochrist,

canton de Plouescat.

Ils étaient accompagnés de MM. Créteaux, commis greffier,

et Rohan, interprète.

 

Cette descente de justice est motivée par la mort subite du nommé Kerbrat, domestique de M. Lacaze,

qui aurait succombé le 25 septembre dernier, une demi-heure après avoir pris un médicament

qui lui aurait été délivré par un garçon de pharmacie.

L'inhumation de Kerbrat a eu lieu le 26 septembre.

Le garçon, se trompant de bocal, aurait donné de l'acide phénique pour de l'huile de ricin.

-0-0-0-0-0-0-0

Source : La Dépêche de Brest 19 octobre 1895

 

Plouescat.

Nous annoncions avant-hier, dans une lettre de Morlaix, qu'une descente de justice avait eu lieu la veille, à Plounévez-Lochrist, au sujet de la mort d'un nommé Kerbrat, qui serait mort une demi-heure après avoir absorbé de l'acide phénique qu'un garçon de pharmacie, se trompant de bocal aurait délivré au lieu d'huile de ricin.

Nous recevons de Plouescat la lettre suivante, qui rectifie et complète cette information :

 

« La vérité est que M. le docteur Tanguy, de Plouescat, avait pris

à la pharmacie le 21 septembre dernier :

1° silycate de potasse, 2 kilos 380 grammes ;

2° bandes de toile, six ;

3° ouate, un mètre carré ;

4° acide phénique, 50 grammes, pour faire un pansement au nommé Kerbrat, garçon chez M. Lacaze, propriétaire à Plounevez-Lochrist.

Kerbrat avait la jambe cassée. »

« Malheureusement, le domestique chargé de soigner Kerbrat étant illettré, fit prendre au malade

une cuillerée d'acide phénique pur au lieu d'huile de ricin,

quoique le flacon d'acide phénique fût étiqueté « usage externe ».

 

«  S'il y a donc eu erreur et empoisonnement, ce n'est nullement la faute de l'élève en pharmacie,

mais bien du garde-malade.

Du reste, l'huile de ricin n'avait pas été prise à la pharmacie de Plouescat. »

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021