Fenêtres sur le passé

1892

Aux examens des apprentis mécaniciens de Brest

Source : La Dépêche de Brest 31 octobre 1892

 

On nous signale divers incidents à propos des examens des apprentis mécaniciens,

qui ont eu lieu à Brest le 19 octobre et les jours suivants.

 

Dans ces examens, les candidats ont à faire plusieurs compositions écrites sur différents sujets littéraires

et scientifiques et une épreuve pratique d'ajustage.

 

Les compositions scientifiques portent sur l'arithmétique et la géométrie.

 

Or, un chercheur, peut-être trop indiscret, a trouvé que trois des sujets donnés en composition étaient littéralement extraits d'un recueil de problèmes, propriété de l'institut des frères des écoles chrétiennes,

volume qui fait partie d'une collection complète d'ouvrages d'enseignement ayant lesdits frères

pour auteurs anonymes, et employés exclusivement dans leurs écoles.

On trouvera les trois sujets signalés aux n° 700, 984 et 1060

du recueil.

 

Non seulement les sujets de composition sont de même espèce,

mais les données numériques ne sont même pas changées.

 

Ainsi, au n° 984, il est question de cercles se coupant dans un cercle dont le rayon est 17 m.

et le produit des segments de chacun des cercles est 145; au n° 1060,

c'est un cylindre dont la hauteur est 25 centimètres et dont la surface est égale à 25 décimètres carrés.

 

Il paraît que les textes de composition sont envoyés de Paris,

où siège la commission d'examen chargée de la correction.

 

Il est probable que les juges correcteurs sont capables d'apprécier les compositions qui leur sont soumises :

Ils doivent donc être capables d'en fabriquer eux-mêmes les textes.

 

Pourquoi alors copier ces textes textuellement dans un ouvrage que l'on sait exclusivement employé

pour une catégorie des candidats ?

 

Si l'on voulait copier un texte, il y a tant d'autres ouvrages qui ne servent à l'usage exclusif de personne !

 

Il eût mieux valu, pour un examinateur qui veut être impartial, préparer lui-même les textes qu'il jugeait convenables ; mais l'examinateur a-t-il voulu être impartial ?

On peut se le demander.

 

Autre incident.

 

L'épreuve pratique, qui consistait dans l'ajustage

d'une queue d'aronde, a commencé le mercredi 19 octobre,

à huit heures du matin ;

à onze heures, les candidats se sont retirés pour le déjeuner

et ont repris le travail à une heure de l'après-midi.

 

Or, un certain nombre de candidats, qui avaient à peine ébauché leur essai à onze heures,

l'ont trouvé à peu près terminé à une heure.

 

Des amis complaisants et experts avaient fait la besogne dans l'intervalle des deux séances.

 

Mais c'était un peu trop fort ;

les autres candidats ont signalé la fraude, et l'épreuve ayant été annulée, on a dû la recommencer.

 

Pourtant, si cela avait pu passer ?

 

Faut-il ajouter que les frères de Brest présentèrent sept candidats, et, dit-on,

c'est en leur faveur que la fraude avait été commise ?

 

Décidément, nous croyons qu'aux différents degrés de l'échelle, il y a trop à dire sur les examens de la marine ;

robins de basse ou haute envergure sont pris trop souvent la main dans le sac.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021