Fenêtres sur le passé

1891

Chagrin d'un vieux forçat de Pierre Loti

Source : La Dépêche de Brest 10 août 1891

 

CHAGRIN D'UN VIEUX FORÇAT

 

La livre de la Pitié et de la Mort,

le dernier volume de Pierre Loti, qui vient de paraître

chez Calmann-Lévy, est l'événement littéraire du jour.

 

Nous en détachons, à l'intention de nos lecteurs,

le petit chef-d'œuvre d'émotion délicate que voici :

C'est une bien petite histoire, qui m'a été contée par Yves,

— un soir où il était allé en rade conduire, avec sa canonnière, une cargaison de condamnés au grand transport

en partance pour la Nouvelle-Calédonie.

Dans le nombre se trouvait un forçat très âgé (soixante-dix ans pour le moins), qui emmenait avec lui, tendrement,

un pauvre moineau dans une petite cage.

 

Yves, pour passer le temps, était entré en conversation avec ce vieux, qui n'avait pas mauvaise figure, paraît-il,

— mais qui était accouplé par une chaîne à un jeune monsieur ignoble, gouailleur,

portant lunettes de myope sur un mince nez blême.

 

Vieux coureur de grands chemins, arrêté, en cinquième ou sixième récidive, pour vagabondage et vol, il disait :

Comment faire pour ne pas voler, quand on a commencé une fois,

— et qu'on n'a pas de métier, rien,

et que les gens ne veulent plus de vous nulle part ?

Il faut bien manger, n'est-ce pas ?

— Pour ma dernière condamnation, c'était un sac de pommes de terre que j'avais pris dans un champ,

avec un fouet de roulier et un giraumont.

Est-ce qu'on n'aurait pas pu me laisser mourir en France, je vous demande, au lieu de m'envoyer là-bas,

si vieux comme je suis ?

Et, tout heureux de voir que quelqu'un consentait à l'écouter

avec compassion, il avait ensuite montré à Yves ce qu'il possédait

de précieux au monde : la petite cage et le moineau.

 

Le moineau apprivoisé, connaissant sa voix, et qui, pendant

près d'une année en prison, avait vécu perché sur son épaule...

 

— Ah ! Ce n'est pas sans peine qu'il avait obtenu la permission de l'emmener avec lui en Calédonie !

— Et puis après, il avait fallu lui faire une cage convenable

pour le voyage, se procurer du bois, un peu de vieux fil de fer

et un peu de peinture verte pour peindre le tout et que ce fût joli.

 

Ici, je me rappelle textuellement ces mots d'Yves :

« Pauvre moineau ! Il avait pour manger dans sa cage un morceau
de ce pain gris qu'on donne dans les prisons.

Extraits du reportage de l'émission

« The March of Time – 1936 – Devil’s Island »

Collection at the National Archives, College Park MD

Reportage à voir sur ce site :

Et il avait l'air de se trouver content tout de même ; il sautillait comme n'importe quel autre oiseau. »

 

Quelques heures après, comme on accolait le transport et que les forçats allaient s'y embarquer pour le grand voyage, Yves, qui avait oublié ce vieux, repassa par hasard près de lui.

 

— Tenez, prenez-la, vous, lui dit-il d'une voix toute changée, en lui tendant sa petite cage.

 

Je vous la donne ; ça pourra peut-être vous servir à quelque chose, vous faire plaisir...

 

— Non, certes ! remercia Yves. Il faut l’emporter, au contraire, vous savez bien.

Ce sera votre petit compagnon là-bas...

— Oh ! reprit le vieux, il n'est plus dedans... Vous ne saviez donc pas ? Il n'y est plus...

 

Et deux larmes d'indicible misère lui coulaient sur les joues.

 

Pendant une bousculade de la traversée, la porte s'était ouverte,

le moineau avait eu peur, s'était envolé, et tout de suite était tombé

à la mer à cause de son aile coupée.

 

Oh ! le moment d'horrible douleur !

Le voir se débattre et mourir, entraîné dans le sillage rapide,

et ne pouvoir rien pour lui !

 

D'abord, dans un premier mouvement bien naturel, il avait voulu crier, demander du secours, s'adresser à Yves lui-même, le supplier...

 

Extraits du reportage de l'émission

« The March of Time – 1936 – Devil’s Island »

Collection at the National Archives, College Park MD

Reportage à voir sur ce site :

Élan arrêté aussitôt par la réflexion, par la conscience immédiate de sa dégradation personnelle :

un vieux misérable comme lui, qui est-ce qui aurait pitié de son moineau,

qui est-ce qui voudrait seulement écouter sa prière ?

 

Est-ce qu'il pouvait lui venir à l'esprit qu'on retarderait le navire pour repêcher un moineau qui se noie,

— et un pauvre oiseau de forçat, quel rêve absurde ! ...

Alors il s'était tenu silencieux à sa place, regardant s'éloigner sur l'écume de la mer le petit corps gris

qui se débattait toujours ; il s'était senti effroyablement seul maintenant, pour jamais, et de grosses larmes,

des larmes de désespérance solitaire et suprême lui brouillaient la vue,

— tandis que le jeune monsieur à lunettes, son collègue de chaîne, riait de voir un vieux pleurer.

 

Maintenant que l'oiseau n'y était plus, il ne voulait pas garder cette cage, construite avec tant de sollicitude

pour le petit mort ;

il la tendait toujours à ce brave marin qui avait consenti à écouter son histoire,

désirant lui laisser ce legs avant de partir pour son long et dernier voyage.

Et Yves, tristement, avait accepté le cadeau, la maisonnette vide,

— pour ne pas faire plus de peine à ce vieil abandonné

en ayant l'air de dédaigner cette chose qui lui avait coûté tant de travail.

 

Je crois que je n'ai rien su rendre de tout ce que j'avais trouvé de poignant dans ce récit tel qu'il me fut fait.

 

C'était le soir, très tard, et j'étais près de m'en aller dormir.

 

Moi qui dans la vie ai regardé sans trop m'émouvoir pas mal de douleurs

à grands fracas, de drames, de tueries, je m'aperçus avec étonnement

que cette détresse sénile me fendait le cœur

— et irait même jusqu'à troubler mon sommeil.

 

— S'il y avait moyen, dis-je, de lui en envoyer un autre...

— Oui, répondit Yves, j'avais bien pensé à cela, moi aussi.

Chez un oiseleur, lui acheter un bel oiseau, et le lui porter demain

avec la pauvre cage, s'il en est encore temps avant le départ.

 

Un peu difficile. Il n'y a du reste que vous-même qui puissiez obtenir d'aller en rade demain matin et de monter à bord du transport pour rechercher ce vieux dont je ne sais pas le nom.

 

Seulement... on va trouver cela bien drôle...

— Oh ! oui, en effet. Oh ! pour ce qui est d'être trouvé drôle, il n'y a pas d'illusion à se faire là-dessus !...

Et, un instant, tout au fond de moi-même, je m'amusai de cette idée, riant de ce bon rire intérieur

qui à la surface paraît à peine.

 

Cependant, je n'ai pas donné suite au projet :

le lendemain, à mon réveil, la première impression envolée, il m'a semblé enfantin et ridicule.

 

Ce chagrin-là, évidemment, n'était pas de ceux qu'un simple jouet console.

 

Pauvre vieux forçat, seul au monde, le plus bel oiseau du paradis n'eût pas remplacé pour lui

l'humble moineau grisâtre, à aile coupée, élevé au pain de prison, qui avait su réveiller les tendresses infiniment douces et les larmes, au fond son cœur endurci, à moitié mort...

 

Pierre Loti.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Janvier 2021