Fenêtres sur le passé

1890

Steeple-chase anti-matrimonial, rue Fautras à Brest

Source : La Dépêche de Brest 14 février 1890

 

En flagrant délit, cela pourrait encore s'appeler les surprises du divorce.

Oyez plutôt :

Les époux R... sont en instance de divorce.

Pourquoi ?

Incompatibilité d'humour, sans doute, ou... d'autre chose.

Le motif importe peu, d'ailleurs.

 

Quoi qu'il en soit des raisons qui ont poussé les deux conjoints à briser leur chaîne,

chacun des époux n'eut plus qu'un but : faire prononcer le divorce à son profit.

 

C'est la dame R... qui est arrivée bonne première dans le steeple-chase anti-matrimonial.

 

En effet, M. R..., qui est musicien civil et qui ne peut de ce chef vivre sans harmonie, avait remplacé celle

qui n'existait pas chez lui par un duo illégal dans lequel la partie féminine était tenue par une tailleuse

habitant rue Fautras , Mme N...

 

La femme R..., qui épiait son mari, ne tarda pas à être au courant des nombreux coups de ciseaux que la tailleuse donnait dans son contrat.

Cela lui était égal, au fond, mais cela faisait diablement son affaire.

L'adultère constaté, n'était-ce pas le divorce prononcé en sa faveur ?

 

Sans hésitations, la future divorcée courut prévenir la police qui,

hier matin, à six heures, faisait irruption dans le domicile de Mme R...

 

On voit le tableau.

Au nom de la loi, ouvrez ! crie le commissaire.

Le musicien, qui faisait une pause, se réveille en sursaut et la tailleuse en fait autant.

Faut-il ouvrir ?

N'y a-t-il pas une issue pour se sauver ?

Ah! la fenêtre !

Espoir vain, la scène se passe au troisième étage.

 

Cependant, le commissaire répète sa sommation.

Il n'y a plus à hésiter.

La tailleuse se couvre vivement d'un peignoir, mais le musicien n'a à portée de sa main que ses chaussettes.

Il les passe tout de même, et, la porte ouverte, le magistrat constate le flagrant délit et dresse un procès-verbal

dans lequel la tenue adamique des deux amants est couchée avec force détails.

 

Et voilà comment Mme R... verra les juges prononcer le divorce à son profit.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021