Fenêtres sur le passé

1886

Les oiseaux utiles au laboureur

Source : Le Finistère juin 1886

 

Les oiseaux utiles au laboureur

 

Il serait heureux que l'on put déraciner de l'esprit des cultivateurs certains préjugés à l'endroit de plusieurs

et même de nombreuses variétés d'oiseaux qu'ils regardent à tort comme leurs ennemis et qui sont, au contraire,

des défenseurs et des auxiliaires.

 

Prenons quelques exemples.

 

Le héron (garde-bœuf) défend des mouches et des tiquets l'espèce bovine.

 

La cigogne se nourrit de reptiles.

 

La buse mange, en un an, 300 rats, souris, mulots et taupes.

 

Le hibou a les appétits de la buse et, en outre, détruit les insectes nocturnes et crépusculaires.

La pie fait justice des insectes destructeurs du bois, et, par exemple,

des noctuelles, des lasicampes, des sphynx du pin, des helilonnes,

des guêpes du bouleau, des frelons et charançons du sapin.

 

Le corbeau engloutit une quantité considérable de vers blancs.

 

La caille, le râle et la perdrix mangent des vers de terre.

 

Le coucou s'arrange des chenilles velues que les autres oiseaux

ne peuvent manger.

 

Le merle purge les jardins des colimaçons et des limaces

et comme la grive, il fait aussi une forte consommation de sauterelles

et de mordelles.

 

Le vanneau est l'ennemi acharné du taret,

destructeur des constructions navales.

 

L'alouette s'attaque aux vers, aux grillons, aux sauterelles,

aux œufs de fourmis, à la cecidomye et aux élatérides.

 

Le moineau dévore les vers blancs, les hannetons, les pucerons, etc. ;

sa couvée a besoin de 400 insectes par jour.

 

Il faut chaque jour, à une couvée de troglodytes, 100 chenilles.

 

L'ordinaire de la couvée du roitelet huppé est le même.

 

Le rossignol est un grand destructeur de larves de coxus ou d'œufs de fourmis.

 

La fauvette chasse dans l'air les mouches, les scarabées et les moucherons.

 

L'hirondelle se réserve un nombre prodigieux d'insectes.

 

C'est par centaines qu'il faut compter les chenilles que chaque jour la mésange sert à sa jeune famille.

 

Dans une chambre un rouge-queue pout prendre 600 mouches un une heure.

 

Le traquet attrape au vol mouches, vermisseaux et petit scarabées.

 

Le pinson s'attaque avec acharnement aux aphydes.

 

Vingt bergeronnettes purgent de charançons un grenier à blé.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Octobre 2021