Fenêtres sur le passé

1881

Le Choléra des poules

Source : Le Courrier du Finistère juillet 1881

 

CHRONIQUE AGRICOLE

 

Le Choléra des poules

 

Un de nos abonnés nous écrit que sa basse-cour est ravagée par un fléau qui n'est autre que le choléra des poules.

 

Cette affection contagieuse, qui pourrait s'appeler le choléra des volailles, puisqu'elle s'attaque également aux oies, aux canards et aux dindons, cause des pertes très-sensibles à l'agriculture.

 

Si peu d'importance qu'elle paraisse avoir, lorsqu'elle n'atteint qu'un sujet isolé, elle acquiert cependant une véritable gravité, lorsque, et c'est le cas le plus habituel, elle vient à se déclarer dans une basse-cour un peu nombreuse, qu'elle peut décimer et même quelquefois dépeupler totalement en quelques semaines.

 

Cette maladie peut donc causer un préjudice considérable à nos exploitations rurales, ou la production de la volaille et des œufs constitue une spéculation très-lucrative.

Dès que le mal a envahi les poules,

les bêtes prennent un air de tristesse, elles deviennent somnolentes, perdent leurs forces, ne s'éloignent plus quand on les chasse ;

la température du corps s'élève ; la crête devient violette ;

enfin la mort arrive souvent quelques heures après l'apparition

des premiers symptômes.

D'après le comité consultatif des épizooties, cette maladie est produite par un organisme microscopique qui se développe dans les intestins, passe dans le sang et s'y multiplie avec une rapidité extraordinaire.

 

Ce parasite est évacué dans la fiente et peut ensuite passer dans les animaux qui picotent les fumiers ou mangent les grains qui ont pu être salis par la fiente.

 

Il n'y a pas de remède curatif, le mal est mortel ; les soins devront se borner à préserver la basse-cour de la contagion.

Si celle-ci est à craindre par suite de l'apparition du fléau,

il faut aussitôt faire sortir les volailles de la basse-cour

et les maintenir isolées les unes des autres.

 

On doit ensuite nettoyer la basse-cour et le poulailler en enlevant

le fumier et en lavant à grande eau les murs, les perchoirs et le sol.

 

L'eau employée contiendra par litre cinq grammes d'acide sulfurique, et on se servira pour ce lavage d'un balai rude ou d'une brosse.

Cadavres de lapins tués par le microbe du choléra des poules

Crédit  : Institut Pasteur/Musée Pasteur

Rappelons que les causes de maladies pour les poules tiennent souvent à la boisson impure prise

dans les mares à fumier, à défaut d'eau claire ; au séjour habituel sur un pavé froid et humide ;

à la malpropreté et à la vermine des poulaillers.

Disons encore que M. Pasteur, l'habile chimiste, a fait de curieuses

et décisives expériences à ce sujet.

 

Ce savant propose de vacciner les poules en leur inoculant

le virus cause de la maladie.

 

Ce régime préventif donnerait, parait-il, les meilleurs résultats.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Octobre 2021