Fenêtres sur le passé

1878

L'origine des courses de chevaux en Bretagne

Source : Le Finistère août 1878

 

L’origine des courses de chevaux en Bretagne

 

Savez-vous qu'en Bretagne, dès le Ve siècle, il y avait des courses de chevaux ?

 

La question de l'origine des courses en France est très-discutée en ce moment.

 

Chacun veut apporter sa version et conteste celle de son voisin.

 

Non que le différend roule sur des dates éloignées, il s'agit tout simplement de savoir si c'est bien en 1773

qu'il faut faire remonter les premières, comme il est admis plus généralement,

ou s'il est nécessaire de se reporter à soixante-quinze années plus haut pour retrouver la première réunion

de ce genre dont il soit fait mention.

 

Erreur des deux cotés.

 

Voulez-vous connaître quels sont les promoteurs

des courses en France ?

 

Les Bretons !

 

À quelle époque ?

 

Au cinquième siècle !

 

Nous sommes bien loin, n'est-ce pas, de 1775 et 1700.

 

On a retrouvé tout récemment, dit le Courrier de Bretagne,

dans un chant populaire de Bretagne, Intitulé le Barde-Merlin,

le récit d'une course datant de cette époque éloignée.

 

C'est depuis cette époque quasi-préhistorique

dans les annales hippiques, que tout en Bretagne :

noces, baptêmes, réjouissances, pardons, se célèbre

avec des danses et des courses de chevaux.

 

Drôles de jockeys que ces gas bretons montant

en bras de chemise, sur un sac garni de paille attaché

avec une corde, en guise de selle anglaise,

ayant pour bridon de course une longe nouée au-dessus de la tête, partant dix ensemble, au milieu d'un enthousiasme indescriptible, à travers les bruyères, les rocs et les ravins,

comme un groupe de sylphes aériens suspendus

aux crinières des chevaux errants dans le bois.

 

Assurément, ce n'est pas Newmarket, ce n'est pas Chantilly

un jour de Derby, Longchamps le jour du grand prix du Paris,

mais c'est bien pittoresque !

 

D'ailleurs, hommages soient rendus à ceux qui,

mille ans avant les Anglais,

ont songé à créer ces attrayantes solennités,

si goûtées et si répandues aujourd'hui.

 

Messieurs du Jockey-Club, inclinez-vous :

ce sont là vos premiers maîtres.... les Bretons for ever !

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021