Fenêtres sur le passé

1870 Octobre

- page 2 -

Chronique de guerre dans le Finistère

Source : L' Électeur du Finistère

Mardi 11 octobre

 

À l'occasion de la reconnaissance de M. Rossignol pour leur chef de bataillon,

une grande revue des gardes nationales du canton de Saint-Renan, a eu lieu dans la journée de dimanche dernier.

 

Douze compagnies formant ensemble un effectif de 2,200 se sont trouvées réunies à Kervadeza.

 

Nos soldats citoyens manœuvrent déjà avec ensemble, et nous avons remarqué entr'autres pour la précision

de leurs mouvements les Compagnies de Saint-Renan, du Conquet, de Loc-Maria, de Plouzané, de Trébabu, etc.

 

Après le défilé, une chaleureuse allocution prononcée en langue bretonne par M. le Sous-Préfet de Brest, a été accueillie et acclamée aux cris plusieurs fois répétés de :

Vive la France !

Vive la République !

Vive le Sous-Préfet !

Vive le commandant Rossignol !

-0-0-0-0-0-0-0-

Mardi 18 octobre

 

L'administration départementale demande des coupeurs, des ouvriers et ouvrières gratuits ou salariés

pour la prompte confection des effets d'habillement de la Garde nationale mobilisée.

 

Elle fait appel au dévouement des Dames de Brest, des villes et des campagnes de l'arrondissement.

 

Les personnes de bonne volonté sont invitées à se grouper autant que possible en ateliers.

 

L'étoffe, le fil et un modèle seront fournis par l'administration.

 

Les ouvriers et ouvrières qui exigeront un salaire, seront payés à la pièce suivant un prix convenu à l'avance.

 

S'adresser provisoirement à la Sous-Préfecture.

 

-0-0-0-0-0-0-0-

La frégate à vapeur la Sémiramis,

commandée par M. le capitaine de vaisseau Mutiez,

est entrée sur rade venant du large.

 

-0-0-0-0-0-0-0-

 

On assure que la portion de la classe de 1870 qui est arrivée

à Brest ces jours-ci à destination des équipages de la flotte,

va être versée immédiatement au 2e régiment d'infanterie

de marine.

 

-0-0-0-0-0-0-0-

 

On sait que l'infanterie de marine malgré les pertes cruelles qu'elle a subies dans les batailles qui ont eu lieu sous Sedan,

a fourni plusieurs bataillons pour la défense de Paris.

 

Elle va être représentée, en outre,

par trois bataillons à l'armée de la Loire.

 

-0-0-0-0-0-0-0-

 

Deux batteries d'artillerie de marine, commandées par M. le chef d'escadron Chaillon ont quitté notre ville de Brest

le 16 octobre par les voies ferrées, se rendant à Bourges.

-0-0-0-0-0-0-0-

Les officiers d'infanterie de marine qui ont adhéré

à la capitulation de Sedan sont, la plupart et sur leur demande,

envoyés dans nos colonies ;

la forme de leur serment ne leur permet même pas

de servir dans les dépôts.

 

Mais si les Prussiens allaient attaquer nos colonies ?

 

-0-0-0-0-0-0-0-

 

On annonce que M. Charles Poret,

capitaine d'infanterie de marine, vient de succomber à Sedan,

par suite d'une cruelle blessure reçue sur le champ de bataille.

 

Il est mort au champ d'honneur, de la mort des braves.

 

Charles Poret

Né le 9 janvier 1838 à Montcontour (Côtes-d'Armor) -

Décédé le 24 septembre 1870 à SEDAN (Ardennes)

Marié le 14 janvier 1868 à Quimper (Finistère)

avec Zélie Louise Loyer.

-0-0-0-0-0-0-0-

Mardi 25 octobre

 

Dimanche dernier ont eu lieu les élections des officiers de la Garde Nationale mobilisée

dans les communes de Ploudiry, Saint-Martin-des-Champs et Sainte-Sève (canton de Morlaix).

 

Ces trois communes ne forment qu'une compagnie.

 

Capitaine, Ch. Raillard.

Lieutenant, G. Estrade.

Sous-lieutenant, Lazennec .

-0-0-0-0-0-0-0-

Jeudi 27 octobre

 

MM. Noël Le Bris et Charles Chevillotte, membres du Conseil municipal

et délégués par la ville pour l'achat d'armes en Angleterre,

sotn arrivés à Brest hier à midi, de retour de leur mission.

 

Ils ont apporté avec eux onze cents fusils Snider, avec des munitions,

et les moules et matériel nécessaires à la fabrication des cartouches spéciales

à cette arme.

Jean Charles Chevilotte,

né le 3 février 1838 à Brest,

mort le 6 mai 1914 à Monte-Carlo,

est un armateur et homme politique français

(député du Finistère entre 1885 et 1889) .

Il a développé les lignes commerciales maritimes à partir de Brest.

Catholique fervent, il est aussi à l'origine

de la création des « écoles libres »

(écoles privées catholiques)

et de l'école d'agriculture du Nivot à Lopérec (Finistère).

Noël Le Bris est né à Plouguin, au bourg, le 4 mars 1826.

Il est le fils de Jean-François Le Bris, cabaretier 

et de Marie Anne Fagon, cabaretière.

À Brest, la famille Le Bris habitait au 16 rue Poullic al Lor.

-0-0-0-0-0-0-0-

Les tailleurs de Brest ont répondu à l'appel de M. le Préfet du Finistère.

 

La plupart des appartements de notre sous-préfecture sont convertis aujourd'hui en de vastes ateliers où douze coupeurs ne cessent de tailler les draps qui deviennent bientôt des uniformes de garde nationale, sous les doigts habiles des dames et ouvrières de notre ville dont le zèle patriotique ne s'est pas fait attendre.

 

Quatre machines à coudre établies dans la sous-préfecture fonctionnent sans relâche.

 

Nous apprenons aussi que d'autres ateliers se sont organisés dans les maisons particulières.

 

Les Dames de la retraite et les Carmélites de Kerfuntenn ont offert gratuitement leur concours qui a été accepté.

 

Les Dames du Refuge et de l'Adoration s'occupent exclusivement de la confection de s uniformes de la mobilisée.

 

Partout du zèle, du dévouement, de l'entrain, nous en sommes réellement émus,

et nous adressons ici au nom de tous, un remerciement public à nos patriotes concitoyennes.

-0-0-0-0-0-0-0-

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Novembre 2020