Fenêtres sur le passé

1896

Un vol d'une paire de brodequins

et

une relégation au bagne

Source : La Dépêche de Brest 30 mai 1896

 

Vol d'une paire de brodequins, relégué au bagne.

 

Le 6 mai courant, vers six heures du soir, un passant prévenait M. Le Reste, marchand de chaussures, rue de Paris, qu'un individu venait de décrocher à son étalage une paire de brodequins avec laquelle il avait pris la fuite. 

 

Rejoint et arrêté, cet individu, qui n'était autre qu'un repris de justice, nommé Carn (Yves), âgé de 44 ans,

prétendit avoir acheté la paire de chaussures le matin même, chez Mme Vigroux, à Recouvrance, 

ce qui plus tard a été reconnu inexact.

Carn a à son actif six condamnations, dont deux prononcées

par la cour d'assises du Finistère, la première à deux ans de prison pour attentat à la pudeur et la seconde à huit ans de réclusion,

pour vol d'argent la nuit, en réunion, sur un chemin public. 

Il est passible de la relégation. 

C'est ce qui explique la présence à la barre de Me de Beaudre, désigné d'office pour présenter sa défense.

 

Après avoir fait ressortir le peu d'importance du vol commis par Carn, Me de Beaudre termine ainsi sa plaidoirie : 

« Chez un peuple ami (*), l'heure est à la joie et à la clémence, 

J'espère qu'elle aura son écho chez vous et que vous voudrez bien, pour celte fois encore,

ne pas envoyer Carn à la Nouvelle Calédonie ».

(*) Russie, couronnement du Tsar

 

Cette prière de Me de Beaudre n'est point entendue du tribunal, qui condamne Carn à quatre mois de prison

et à la relégation.

Peine confirmée par la Cour d'appel

le 17 juillet 1896

À noter son prénom qui est Yves,

né à Crozon

Il n'ira pas en Nouvelle Calédonie,

mais en Guyane.

Arrivé au bagne de Guyane

le 9 juillet 1897.

Décédé le 29 avril 1900 de maladie.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Décembre 2021