Fenêtre sur le passé

1876

Conseils pour les bains de mer

Source : Le Finistère juillet 1876

 

Conseils aux Baigneurs.

 

Un journal de médecine publie sur l'emploi des bains de mer

une série de conseils dont nous croyons utile, en cette saison,

de faire quelques extraits.

 

Hygiène de la mer.

 

Il n'est pas prudent de passer plusieurs heures à contempler

les vagues, surtout si les vents sont formés.

Lorsqu'on arrive à la mer, il faut toujours avoir un double vêtement

à se mettre sur les épaules pour parer aux variations de température.

 

Avant et après le bain, il faut se promener pour aider à la réaction.

 

Il faut se tenir en garde contre un appétit formidable qui se développe chez la plus grande partie des baigneurs et ne pas oublier

que les forces digestives ne sont pas toujours en harmonie

avec le développement de cet appétit.

 

C'est pour parer à cet inconvénient que les anglais purgent les malades qui prennent les eaux de mer.

 

Application des bains.

 

Ce n'est pas par sa longue durée que le bain agit favorablement ; un bain d'une ou deux minutes peut être trop long pour un malade et trop court pour un autre.

 

Le bain de mer doit être classé parmi les médicaments énergiques qu'il faut doser avec la plus grande prudence.

 

Quand les bains ne peuvent pas être tolères au début, on essaye les lotions froides ou fraîches très courtes,

suivies de frictions sèches, les douches écossaises.

 

Lorsque ces dernières sont bien supportées, de là à la mer il n'y a qu'un pas.

 

De l'heure du bain.

 

L'heure du bain n'est pas indifférente pour tous les baigneurs ; généralement, on peut se baigner à toute heure du jour, mais mieux vaut le faire à jeun le matin, surtout lorsque l'estomac est paresseux et que la seconde digestion est lente.

 

Pour les enfants et les malades débilités (sic), faire faire un repas deux heures avant le bain.

Manière de prendre le bain.

 

Divers médecins commencent un traitement maritime

par une série de bains de mer chaud dont ils diminuent la durée et la température pour arriver à l'eau froide.

 

Cette méthode est vicieuse, le bain chaud congestionne

la peau, d'autant plus que le bain a été plus long et

à une température plus élevée.

 

Au sortir du bain, elle est accessible à l'effet du froid

de la température extérieure, et la partie la plus exposée au vent est celle qui se prend de là rhumatismes, névralgies, etc.

On comprendra facilement que le bain chaud préparera fort peu le malade à supporter les bains froids.

 

Aussi ai-je dû renoncer à cette manière de faire dans l'intérêt des malades.

 

Le bain froid au contraire endurcit la peau, et si vous rentrez promptement dans votre cabine, vous pouvez après être habillé, lutter avantageusement contre toutes les variations de vent.

 

Nombre des bains.

 

Le nombre des bains est relatif à l'action qu'on veut déterminer et à la nature de l'affection qu'on veut guérir.

Du bain chez les enfants.

 

Le bain chez les enfants exige une foule de précautions sans lesquelles,

dans certains cas, il peut devenir nuisible.

 

Généralement il ne faut employer cette médication pour eux que lorsqu'ils ont atteint l'âge de six à sept ans, c'est-à-dire après le commencement

de la seconde dentition ; mieux vaut encore après son accomplissement.

L'air de la mer est presque toujours suffisamment tonique et excitant pour reconstituer leur santé.

 

Presque tous, au bout de douze ou quinze jours, deviennent insupportables, taquins et turbulents ;

si l'air de la mer seul suffit à déterminer une pareille surexcitation,

il ne faut pas ajouter à cette cause déjà si énergique l'effet du bain.

 

Abus du bain.

 

Le bain de mer pour les malades sérieux ne doit jamais dépasser deux minutes.

 

Appliqué avec cette prudence, il ne comptera que des succès.

 

Différentes applications de l'eau de mer.

 

On peut l'administrer avec avantage à l'intérieur et à l'extérieur, en ablution ou en lotions chaudes et froides, en douches ascendantes et descendantes, en injections, en lavements, quelquefois même sous forme de bains de sable artificiels sur nos côtes froides, puis enfin sous celle de bains chauds, de douches écossaises et alternantes.

À quelle époque prendre les bains de mer?

 

Toute l'année, en prenant la précaution de les limiter à quelques secondes

pendant l'hiver.

 

À quels signes peut-on reconnaître l'impossibilité de supporter les bains de mer ?

 

À une lassitude générale après le bain, à l'accablement du corps et de la pensée, à la paresse à marcher, à l'engourdissement et à de la somnolence au milieu du jour, surtout après le repas.

Pendant la nuit, le sommeil est plus profond, plus lourd ou même plus agité que de coutume :

puis enfin, après quelques bains trop longs, les malades sont moins bien et perdent leurs forces.

 

Le bain de durée convenable et agissant favorablement ne doit, faire sentir ses effets immédiats

par aucun symptôme appréciable.

 

Dans quels cas les bains de mer sont-ils applicables ?

 

Faire l'énumération de tous les cas serait un travail très long et qui exigerait trop de développement.

 

Mais ce que l'on peut avancer avec certitude, c'est que le bain de mer est éminemment reconstituant,

et qu'avec son aide on bonifie également l'état général et on modifie favorablement les symptômes particuliers

qui en dépendent.

De certains effets produits par l'eau de mer.

 

Souvent la mer détermine des poussées sur tel ou tel organe ; elles peuvent être l'expression de deux états bien distincts : tantôt elles sont la manifestation de l'effet curatif des eaux, d'autres fois elles en traduisent l'intolérance.

 

Le plus souvent elles se manifestent sur la peau sous forme d'érythème plus ou moins violent, et quelquefois aussi sur les muqueuses.

 

Eau de mer à l'intérieur.

 

L'eau de mer est un des plus puissants toniques

que nous possédions.

 

Costumes de natation et de bain, revue La Mode illustrée, 1877.

Administrée à l'intérieur à la dose de quelques cuillerées à bouche tous les jours avant le repas,

elle est essentiellement reconstituante ; comme fondant, on en retire aussi d'excellents effets.

 

On voit d'après ces diverses explications, que l'effet de l'eau de mer est, somme toute,

d'agir comme un tonique puissant.

 

Il ne faut pas oublier, d'ailleurs, que ces conseils s'adressent principalement à des malades,

à des personnes étrangères à la mer.

 

Nos compatriotes, habitués au rude voisinage de l'Océan, pourront facilement se passer de quelques-unes

des précautions indiquées plus haut, surtout s'ils viennent demander à la mer un plaisir plutôt qu'un traitement.

© 2018 Patrick Milan. Créé avec Wix.com
 

Dernière mise à jour - Juillet 2020